Le nouveau patron de la CIA russophobe… 

William Burns, choisi par Joe Biden pour prendre la tête de la CIA,  est convaincu que la Russie s’est rendue coupable d’une ingérence «agressive» en 2016, et prévoit donc que les relations entre Moscou et Washington resteraient «conflictuelles». 

0
William Burns, le nouveau patron de la CIA russophobe… 

J. Biden a annoncé avoir choisi l’ex-numéro deux de la diplomatie américaine W. Burns pour prendre la tête de la CIA. «Bill Burns est un diplomate exemplaire avec des décennies d’expérience sur la scène mondiale pour garder notre peuple et notre pays sûrs», a ainsi affirmé J. Biden dans un communiqué publié le 11 janvier.

Si sa nomination est confirmée par le Sénat, W. Burns deviendra le premier diplomate de carrière à diriger la puissante agence de renseignement. Diplomate pendant 33 ans, notamment comme ambassadeur des Etats-Unis en Russie de 2005 à 2008, W. Burns avait pris sa retraite du corps diplomatique en 2014 avant de présider la Fondation Carnegie pour la paix internationale, un think tank sur les relations internationales. «Il partage ma conviction profonde que le renseignement doit être apolitique», a ajouté le président élu, alors même que Donald Trump dénonce depuis le début de son mandat la politisation des agences de renseignement. 

Sans surprise, le camp démocrate a salué ce choix. L’influent sénateur républicain Lindsey Graham – un ancien proche de feu John McCain, qui s’était rangé bon an mal an derrière D. Trump – s’en est également félicité sur Twitter, annonçant qu’il soutiendrait la nomination «remarquable» de ce «diplomate chevronné», «figure respectée au sein de la communauté du renseignement». 

Comme la plupart des anciens responsables du département d’Etat, B. Burns n’a pas hésité à donner du crédit ces dernières années à la théorie de la prétendue «collusion russe», estimant que Moscou représentait une menace pour Washington. Dans un éditorial publié en 2017 par le New York Times, le diplomate avait ainsi accusé la Russie de s’être rendue coupable d’une ingérence électorale «agressive» et «profondément troublante». Il avait alors prédit que les relations entre Washington et Moscou resteraient compétitives et «souvent conflictuelles» à l’avenir, affirmant que le président russe Vladimir Poutine cherchait à avoir une plus grande influence dans le monde «au détriment» des Etats-Unis. Il avait encore soutenu que la Russie rêvait selon lui d’une position dominante dans les affaires mondiales sans égard pour les «valeurs et institutions occidentales». 

Il avait par ailleurs appelé les Etats-Unis à se concentrer sur le conflit en Ukraine, prévoyant que le sort de Kiev déterminerait «l’avenir de l’Europe et de la Russie au cours de la prochaine génération». Fait révélateur, il avait également balayé l’idée d’une coopération contre le terrorisme islamique entre les deux puissances comme étant une «notion superficiellement attrayante», affirmant que les efforts de la Russie pour aider le gouvernement syrien à vaincre l’Etat islamique avaient rendu la menace terroriste «bien pire». Son animosité envers la Russie avait de nouveau transpiré dans une interview accordée au magazine The Atlantic en 2019. Il y avait déclaré que V. Poutine avait pu «semer le chaos» aux Etats-Unis en «agissant comme [un] bon expert de judo». Selon B. Burns, le dirigeant russe aurait profité d’un «opposant plus fort» en tirant parti de la «polarisation et du dysfonctionnement» du système politique américain. 

 Artisan du dialogue avec l’Iran – que le futur président démocrate veut relancer – B. Burns s’attèlera à la tâche consistant à tourner la page de l’administration de D. Trump dans ce dossier. «La stratégie de pression maximale de l’administration Trump a été assez insensée», avait-il soutenu lors d’une conférence en octobre, avant la présidentielle américaine, saluant la position «raisonnable» de J. Biden, alors candidat. Mais il avait prévenu qu’un retour dans l’accord sur le nucléaire, dont sont sortis les Etats-Unis sous D. Trump, était «beaucoup plus facile à dire qu’à faire», en raison des «dégâts commis ces dernières années». 

Plus largement, le diplomate avait mis en garde contre «l’illusion» de pouvoir «simplement, d’un coup de baguette magique, rétablir les relations et l’influence de l’Amérique telles que nous les voyions en 2016 […] car le monde a changé». 

  1. Burns est le deuxième vice-secrétaire d’Etat de l’ancien président démocrate Barack Obama à être intégré à l’équipe de sécurité nationale de J. Biden, après Antony Blinken, désigné pour prendre la tête de la diplomatie américaine.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus