Le PJD tient son Conseil national: Sortir du flou…

0
Même si le gouvernement n’est toujours pas formé, le PJD organise son conseil national les 11 et 12 février en vue de préparer l’ère de l’après Abdelilah Benkirane. La session dudit Conseil devra s’atteler aux préparatifs du prochain congrès du PJD. Il y a lieu de rappeler que le Congrès avait été reporté le 28 mai dernier et les mandats des responsables de toutes les instances du parti, dont celui d’A. Benkirane, ont été prolongés d’un an. L’objectif étant fixé sur la préparation des élections législatives du 7 octobre dernier. Elections qui ont permis à cette formation de surclasser toutes les autres et de propulser son leader aux fonctions de Chef de gouvernement désigné en charge de composer la majorité devant aller aux affaires. Mais depuis, les tractations n’ont pu aboutir et l’Exécutif voir le jour. A l’occasion du Conseil, un rapport politique devra être élaboré et permettre à l’actuel leader de la formation islamiste de renouer avec les cadors du PJD. L’intervention d’A. Benkirane est attendue pour fixer les uns et les autres sur la situation politique dans laquelle évolue le PJD. Et mettre un terme au flou qui entoure la position de son leader charismatique vis-à-vis des négociations politiques en cours assimilées à un blocage. L’exercice paraît des plus corsés lorsqu’on sait que le chef de gouvernement désigné avait séché une rencontre avec la jeunesse du PJD pour éviter tout quiproquo avec les partenaires politiques desquels sera issue la majorité… toujours introuvable. Si A. Benkirane a été mandaté par sa formation pour mener les négociations, il n’en reste pas moins que bien des « faucons » du PJD exigent de lui de mettre un terme au flou qui entoure sa démarche en tant que chef de gouvernement désigné. Franchira-t-il le Rubicon ?
Quoi qu’il en soit, le conseil national constitue, aux yeux des militants islamistes, une première étape vers la désignation d’éventuels successeurs à A. Benkirane à la tête du parti de la lampe. Les membres du PJD vont y préparer le Congrès en fixant les grands axes qui y seront débattus et en élisant les membres de la commission préparatoire. Une fois la date fixée, les congressistes seront fixés sur les candidats à la succession d’A. Benkirane avant que le Congrès ne tranche.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus