Le Président ivoirien fait durer le plaisir

Devant des dizaines de cadres et d’élus de son mouvement réunis au palais des congrès d’Abidjan pour lui demander d’accepter de briguer un troisième mandat, le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé qu’il prenait acte de leur demande, sans révéler sa décision.

0 5 507
Le président ivoirien Alassane Ouattara lors de la réunion du comité politique du RHDP, le 29 juillet 2020 à Abidjan

« Avec beaucoup d’attachement et d’affection à Amadou, à mon fils, je prends acte des résolutions du conseil politique et de votre demande, a déclaré le président A. Ouattara à l’issue de la réunion de son parti, le RHDP. Je vous demande de continuer à avoir une pensée pour Amadou Gon Coulibaly et de me laisser le temps du recueillement et de la récupération, avant de vous donner une réponse très prochainement. »

Le président ivoirien a précisé qu’il s’adresserait bientôt à la nation, et a souligné sa volonté de voir le RHDP gagner l’élection. « Nous devons être fiers de ce que nous avons fait et c’est pour cela que cela doit se poursuivre. Je reviendrais vers vous très prochainement, et je m’adresserais à la nation pour dire ce qui est en jeu pour notre pays, pourquoi la Côte d’Ivoire doit continuer comme ça aujourd’hui. Qu’elle ne doit pas être entre des mains qui pourraient faire basculer le pays dans la violence, le désordre et la poursuite d’intérêt personnels. »

L’annonce a eu l’effet d’une surprise doublé aussi d’une déception. Les militants se résolvent donc à prendre leur mal en patience et restent confiants quant à la réponse prochaine du président.

En optant pour une réponse ultérieure, A. Ouattara se ménage le temps de réfléchir sans pour autant donner l’impression que ses militants lui tordent le bras, lui qui a déjà été pris de court par la disparition soudaine de son fils spirituel et dauphin désigné.

En gagnant quelques jours supplémentaires, et à l’approche de l’échéance électorale, le président pourra étudier toutes les options possibles et préparer ses arguments, sans risquer de voir émerger d’éventuelles ambitions personnelles en interne de nature à saborder sa formation politique.

Cela lui laissera également le temps d’analyser les forces en présence dans la bataille politique qui s’annonce. Dans un entretien avec France 24, le premier opposant et candidat du PDCI, Henri Konan Bédié, évoque déjà une possible alliance électorale avec Laurent Gbagbo, toujours coincé dans les filets de la Cour pénale internationale, et Guillaume Soro, exilé en France suite à un mandat d’arrêt des autorités ivoiriennes. Une alliance qui compliquerait grandement la tâche du futur candidat du RHDP.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus