Le raciste G. Wilders dans le box des accusés: Les Marocains ne lâchent pas prise…

0 22

Les Marocains vomissent Geert Wilders, leader populiste néerlandais, qu’ils poursuivent au pénal pour injures contre leur communauté établie aux Pays -Bas. Le procès en appel ouvert hier jeudi à La Haye, est à haut risque pour le leader populiste. Une condamnation pénale ferme et définitive pourrait fortement compromettre sa carrière politique, aussi bien aux Pays-Bas qu’au niveau européen où son parti est représenté au parlement de Strasbourg.

L’affaire remonte à un meeting organisé en mars 2013, à La Haye, au cours duquel ce sinistre hère avait fait scander en choeur à des centaines de militants : « Moins de Marocains ! Moins de Marocains !…. ». Et d’ajouter ensuite : « On va s’en occuper ». Le politicien, condamné en Première instance, a été reconnu coupable d’injures envers un groupe de la population et d’incitation à la discrimination. Mais il n’a pas été condamné à l’amende de 5.000 euros demandée alors par le procureur.

Aussi bien Geert Wilders que le ministère public ont interjeté appel de cette décision remontant à 2016. Outre l’amende qu’il continue d’exiger, le procureur entend aussi étendre la condamnation du politicien à l’incitation à la haine. Islamophobe convaincu, G. Wilders dirige un parti dont la priorité des priorités est de stopper l’islam. Dans son programme politique « Rendez-nous nos Pays-Bas », il préconise des mesures plus radicales les unes que les autres pour aboutir à la « dé-islamisation » du royaume.

Il y a quatre ans de cela, ni son film « Fitna » (la guerre au sein de l’Islam), ni ses propos assimilant le Coran à « Mein Kampf » et l’islam à une idéologie fasciste, n’étaient apparus, aux yeux de la justice néerlandaise, punissables par le Code pénal.

Jusqu’où ira la justice néerlandaise dans cette sombre affaire où la défense du leader raciste ne fait cas que d’une « chasse aux sorcières »…

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus