The news is by your side.

Le salafisme face au coronavirus, un frappé du non d’Abou Naïm… 

0 262

Le coronavirus a réveillé la souche pathogène de ces « phénomènes » qui s’arrogent le droit de postillonner à tout bout de champ contre une mesure salvatrice : la fermeture des mosquées, lieux de culte où les pratiquants se côtoient pour prier ensemble. Ladite fermeture vaut-elle pour autant condamnation ? Assurément non, au regard de ce qui est recommandé par les instances sanitaires pour endiguer un tant soit peu la propagation d’un virus qui peu s’avérer mortel. La nécessité impérieuse est d’éviter le contact pour ne pas succomber au Coronavirus qui, faut-il le rappeler, a tendance à muter. Mais entre la science et la charia’a telle qu’assimilée par nos salafistes, l’énergumène de Derb Soltane en tête, il faut croire que les passerelles ont été détruites il y a belle lurette. Depuis qu’Ibn Rochd, Ibn Sina et Al Moutanabi ont été, entre autres, marginalisés et réprimés dans le sang.  

Il faut convenir que le nommé Abou Naïm ne prêche pas dans le désert. Et s’il a plein de disciples qui répandent en écho ses galimatias, c’est qu’il y a un réel problème dans le pays. Problème qui plonge ses origines dans l’incapacité du pays à produire un système éducatif capable de promouvoir la raison. Et partant la critique. 

A l’ombre, Abou Naïm survivra à ce qu’il célèbrera, avec les siens, comme une injustice flagrante de l’Etat. Gageons même qu’il se radicalisera davantage. 

Aurait-il fallu procéder autrement avec cet apôtre de l’apocalypse ?

Un souffleur qui n’a pas froid aux yeux propose un autre chemin de croix dédié rien qu’au prétendu prédicateur de Derb Soltane. Le forcer à conduire la prière parmi les contaminés au coronavirus. Là, on mesurera la détermination réelle du zigue à braver les interdits. In fine, il s’agirait de guérir le mal par le mal. Abou Naïm qui se déclare apte à conduire les chameaux vers les sources d’eau sera-t-il tenté par l’aventure ?   

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.