The news is by your side.

Le téléphone rouge a fonctionné entre Washington et Pékin : Les Présidents américains et chinois pour une accalmie

0 174

Lors de cet entretien de 90 minutes, les deux dirigeants ont discuté de la nécessité d’éviter que la compétition entre les deux premières économies mondiales ne dégénère en conflit.
Dans un communiqué, la Maison blanche a déclaré que J. Biden et X. Jinping avaient eu une « discussion stratégique » notamment sur « des sujets ou nos intérêts convergent et d’autres où nos intérêts, valeurs et attentes divergent ». La conversation a porté sur les questions économiques, le changement climatique et le COVID-19, a précisé un haut fonctionnaire US aux journalistes. « Le président Biden a souligné l’intérêt durable des États-Unis pour la paix, la stabilité et la prospérité dans la région indo-pacifique et dans le monde, et les deux dirigeants ont discuté de la responsabilité des deux nations de veiller à ce que la concurrence ne dégénère pas en conflit », indique le communiqué de la Maison blanche.
Les médias d’Etat chinois ont rapporté de leur côté que la conversation avait été « profonde » et « franche », ajoutant que le président chinois avait déclaré que les politiques US à l’égard de la Chine pesaient sur les relations entre les deux pays. « La Chine et les États-Unis devraient (…) faire preuve de courage et de perspicacité stratégiques, ainsi que d’audace politique, et ramener les relations sino-américaines sur la bonne voie du développement stable dès que possible », a déclaré X. Jinping selon des propos rapportés par les médias d’État.
Depuis le premier appel téléphonique entre les deux chefs d’Etat en février, les réunions de haut niveau occasionnelles n’ont donné lieu qu’à de maigres progrès sur un grand nombre de questions, du changement climatique aux droits de l’homme, en passant par la transparence sur les origines de l’épidémie de COVID-19.
L’annonce de l’entretien Xi-Biden a fait monter les places boursières en Asie, les investisseurs espérant que cela conduise à un dégel relatif des relations entre les deux puissances économiques.
Le Quad mobilisé
A signaler aussi que les dirigeants des pays du Quad, regroupant les Etats-Unis, l’Australie, le Japon et l’Inde, devraient se réunir pour la première fois en personne à Washington fin septembre, ont rapporté vendredi plusieurs médias japonais.
Cette alliance informelle, vue comme un moyen de contrer l’influence grandissante de la Chine dans la zone indo-pacifique, s’était déjà réunie en ligne en mars, et des rencontres en personne avaient eu lieu entre plusieurs ministres des quatre pays.
Le sommet devrait avoir lieu à Washington le 24 septembre, selon l’agence Kyodo et le quotidien Yomiuri, qui citent des sources diplomatiques japonaises et américaines.
Des médias locaux rapportent que le Premier ministre nippon Yoshihide Suga, qui a renoncé à se représenter à la tête du Parti libéral-démocrate (PLD) au pouvoir au Japon lors du scrutin interne prévu le 29 septembre qui désignera de fait le prochain dirigeant du pays, avait l’intention de participer au sommet.
Les discussions du Quad devraient porter sur la situation en Afghanistan, ainsi que sur l’établissement de positions communes avant la réunion des pays du G20 à Rome fin octobre, selon les médias locaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.