Le Yémen à feu et à sang : Bab Al Nadeb focalise les tensions

0
A l’heure où la situation humanitaire est des plus catastrophiques au Yémen, les combats font toujours rage entre les forces gouvernementales yéménites et les rebelles chiites houthis près du détroit stratégique de Bab Al Mandeb. Chacune des parties en conflit cherche à forcer l’autre à abandonner les positions conquises en une guerre des positions des plus instables. Ainsi, si les forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi qui ont conquis samedi la région de Dhubab, à 30 km du détroit de Bab Al Mandeb, à l’entrée de la mer Rouge, tentaient de reprendre le contrôle total d’un important camp militaire proche où elles avaient pénétré la veille, rien ne semble acquis. Le camp militaire d’Al Omari, au centre des combats, est situé dans une zone montagneuse surplombant la route côtière qui relie la région de Bab Al Mandeb à celle de Dhubab et ouvre la voie vers Hodeida, la grande ville portuaire sur la mer Rouge, aux mains des rebelles. Ces derniers et leurs alliés, les partisans de l’ex-président Ali Abdallah Saleh, ont tiré vers Dhubab deux missiles balistiques qui ont été interceptés par la défense anti-aérienne de la coalition arabe sous commandement saoudien, qui soutient les forces pro-Hadi, a déclaré un porte-parole militaire loyaliste. La progression des forces au nord de Dhubab est ralentie par les mines posées par les rebelles, a-t-il ajouté. Treize militaires loyalistes, dont un général, ont péri dans les combats depuis samedi, a indiqué un commandant loyaliste, le général Abdelaziz Al Magidi. En outre, 55 rebelles ont été tués et 72 blessés en deux jours, ont indiqué des sources militaires, un bilan confirmé par des sources médicales à l’hôpital militaire et un hôpital civil public où les morts et les blessés ont été transportés.
Baptisée «Lance d’or», cette opération, à laquelle participent l’aviation et la marine de la coalition, est destinée à reprendre, après Dhubab, la ville côtière de Mokha avant de progresser vers Hodeida, puis vers la région portuaire de Midi, non loin de la frontière saoudienne, selon des sources militaires concordantes.
Il y a lieu de rappeler que les troupes progouvernementales avaient pris en octobre 2015 le contrôle de Bab Al Mandeb, avant que les rebelles ne s’emparent en février 2016 de zones proches de ce passage maritime, dont Dhubab.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus