acheter viagra générique en france cialis 5mg acheter viagra en ligne sans mastercard prix cialis lilly 5mg prix priligy usa approval generique viagra en belgique effets indésirables du baclofène pharmacie suisse en ligne cialis prix cialis 20mg cpr 4 cialis prix pharmacie lafayette

L’économie nationale ronronne au premier trimestre 

Après quatre trimestres de baisses successives, l’activité économique se serait redressée de 0,7% au premier trimestre 2021, affirme le Haut-Commissariat au Plan qui anticipe que la croissance de l’économie marocaine devrait se situer à 14,7% au titre du 2ème trimestre de l’année 2021. 

0
L’économie nationale ronronne au premier trimestre 

Dans sa note de conjoncture, le HCP indique que la reprise de l’économie nationale serait attribuable à l’accroissement de 13,7% de la valeur ajoutée agricole, dans un contexte d’une baisse de 1% de la valeur ajoutée non-agricole, au lieu de -5,5% un trimestre plus tôt. Les branches tertiaires auraient poursuivi leur baisse à un rythme moins accentué en comparaison avec le trimestre précédent, contribuant pour -0,7 point à l’évolution du PIB, au lieu de -3,8 points un trimestre auparavant, poursuit la même source. Les activités secondaires auraient, pour leur part, affiché une baisse limitée à 0,3%, au lieu de 1,6% un trimestre auparavant, contribuant pour -0,1 point. L’industrie manufacturière aurait fléchi de 0,8%, au premier trimestre 2021, après -1,6% un trimestre auparavant. 

Cette évolution aurait été portée par la bonne tenue de l’activité des industries agroalimentaires et chimiques, tandis que les industries de textile et des métallurgiques, mécaniques et électromécaniques (IMME) auraient continué de pâtir du ralentissement de la demande extérieure. 

Dans la branche de la construction, la valeur ajoutée aurait conservé son évolution modérée, pâtissant du repli de l’activité des « Travaux de construction spécialisés » et du « Génie civil ». Le HCP fait également savoir que la valeur ajoutée minière aurait, pour sa part, progressé de 3,1% au premier trimestre 2021, en variation annuelle, au lieu de -0,4% une année auparavant. 

La vigueur de la demande des industries locales de transformation, qui avait entrainé une hausse de 5,6% de l’extraction des minerais non-métalliques en 2020, se serait maintenue au début de 2021, grâce au raffermissement des exportations des dérivés du phosphate destinées au Brésil, à l’Inde et aux pays de l’Afrique de l’Est. La dynamique de production des minerais non-métalliques se serait, néanmoins, tempérée par rapport à fin 2020, subissant le contrecoup du repli de la demande américaine adressée aux minerais bruts. 

En revanche, celle des minerais métalliques se serait renforcée sur fond d’une hausse des quantités exportées du cuivre, du plomb et du zinc de 21%, 28% et 11%, respectivement, au terme des deux premiers mois de 2021. Dans l’agriculture, la note fait ressortir que la valeur ajoutée aurait été particulièrement dynamique au premier trimestre 2021, affichant une progression de 13,7% en variation annuelle, après huit trimestres de baisses consécutives. 

Ce redressement aurait été, principalement, le fait de la filière végétale, notamment les cultures automnales et hivernales, dont les travaux d’implantation et d’ensemencement se seraient déroulés à un rythme soutenu à partir de décembre 2020. Avec des températures légèrement en hausse au premier trimestre 2021 et un excédent pluviométrique de 25,8% par rapport à la normale, les perspectives de croissance des cultures se seraient améliorées, portant la hausse de la production végétale à 6,1% par rapport à la moyenne quinquennale. En revanche, la production animale aurait peiné à retrouver sa dynamique de moyen terme, en raison notamment de la poursuite du repli des activités avicoles. Au premier trimestre 2021, la production des poussins d’un jour aurait régressé de 1,8%, en variation annuelle, alors que celle de viandes du poulet de chair se serait repliée de 4,9%. La production de viande rouge serait restée, pour sa part, modérée, dans un contexte d’amélioration des conditions d’élevage dans les zones Bour incitant à une reconstitution plus importante du cheptel et à un ralentissement de leur abattage. 

Par ailleurs, le HCP souligne que la demande intérieure se serait légèrement redressée au premier trimestre 2021. La consommation des ménages, qui avait régressé de 4,3% au quatrième trimestre 2020, se serait redressée de 0,8% au premier trimestre 2021, dans le sillage d’un léger redressement des achats de biens manufacturés. 

La consommation des administrations publiques aurait, pour sa part, progressé de 1,8%, au lieu de -0,7% un trimestre plus tôt, en ligne avec l’accroissement des dépenses de fonctionnement administratif. L’investissement se serait, en revanche, infléchi de 1,9% par rapport à l’année précédente, au lieu de -9,8% un trimestre plus tôt, pâtissant du ralentissement de l’équipement en produits manufacturés et immobiliers.

Une croissance à 14,7% au T2-2021

Compte tenu d’un accroissement de 13,4% de la valeur ajoutée hors agriculture et d’un rebond de 15,9% de celle de l’agriculture, l’activité économique enregistrerait une hausse de 14,7% au deuxième trimestre 2021, en variation annuelle, profitant d’un effet d’ajustement de base lié à la chute de 15,1% de l’activité pendant la période de confinement au deuxième trimestre 2020, indique le HCP. La valeur ajoutée hors agriculture afficherait ainsi un accroissement de 13,4% au deuxième trimestre 2021, en glissement annuel. Dans le secteur tertiaire, l’activité poursuivrait sa reprise dans les services marchands notamment de commerce, de transport et de la restauration. Dans l’ensemble, le secteur tertiaire contribuerait pour +5,9 points à l’évolution du PIB, au lieu de +4,2 points pour le secondaire. 

Les activités industrielles, d’électricité et de construction évolueraient à un rythme relativement plus soutenu qu’au trimestre précédent. En revanche, la croissance de l’activité minière ralentirait, s’établissant à +1,4%, en rythme annuel, au lieu de +7,9% une année auparavant. Les perspectives de remontée des exportations chinoises, le renchérissement des engrais et l’augmentation des coûts de vente au niveau de certains marchés traditionnels sont autant de facteurs qui amortiraient l’expansion de la demande étrangère adressée aux engrais phosphatés, induisant une modération de l’activité phosphatée locale. En revanche, la dynamique de production des autres minerais devrait se poursuivre, en ligne avec l’amélioration des perspectives de croissance des activités industrielles européennes. 

La croissance de la valeur ajoutée agricole s’accélérerait pour atteindre 15,9%, au lieu d’une baisse de 8,9% une année plus tôt. Cette performance, tirée par une poursuite du redressement de la production végétale et une légère accélération de celle des filières animales, s’accompagnerait par une sensible régression des importations agricoles, notamment en céréales, après avoir culminé à plus de 3 millions de tonnes au cours de la même période de 2020. Par ailleurs, le HCP fait savoir la demande mondiale adressée au Maroc continuerait de s’améliorer, affichant une hausse de 16%, en variation annuelle, contre -13% au deuxième trimestre 2020. 

La demande intérieure nationale, quant à elle, se redresserait sensiblement par rapport à l’année précédente. Un retournement à la hausse marquerait l’évolution des dépenses des ménages, porté par le raffermissement attendu des achats de biens alimentaires et manufacturés. Les dépenses de restauration et de transport progresseraient, également, par rapport au premier trimestre mais à un rythme modéré. Les dépenses en services non-marchands, particulièrement sociales, resteraient relativement dynamiques, tandis que celles relatives au fonctionnement administratif décélérerait, situant la hausse de la consommation publique à 1,3%.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

J'ai commencé à avoir des crises de migraine systématiques, alors je me suis rendu à la pharmacie www.europeangeneric.com pour obtenir des médicaments contre le vasospasme cérébral. Les maux de tête s'accompagnaient de fréquentes nausées, de douleurs musculaires, de troubles de la vue, de dépression, de vomissements et de troubles de la coordination des mouvements. Des analgésiques et des médicaments non stéroïdiens bien choisis ont permis de soulager rapidement les symptômes de la migraine et de réduire le risque de complications telles que les crises, les accidents vasculaires cérébraux et les gonflements du cerveau.