prix d'une boite de cialis en pharmacie villers cotterets apres avoir pris du viagras faire l'amour comment acheter du viagra pas cher nom du substitut du viagra en belgique rbe viagra prix maroc 2019 cialis générique 20 mg comparateur prix prix moins cher cialis 20mg cialis belgique sans ordonnance quand utiliser le cialis 20mg viagra 100mg pfizer prix

Législatives en Algérie: Le niet du FFS, PT et RCD 

A l’heure où le Hirak persiste dans le pays, la contestation des campus ayant repris plus de vigueur, notamment à Alger, trois partis d’opposition ont décidé de marcher dans les pas de la contestation du système. En affichant leur volonté de boycotter les législatives prévues le 12 juin. Front des forces socialistes (FFS), Parti des Travailleurs (PT) et Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) refusent de cautionner l’opération électorale que prépare activement le système.

0
Le PT boycotte les législatives, Louisa Hanoune fustige Nidaa el Watan

Les élections législatives du 12 juin 2021 n’intéressent pas les plus anciens partis d’opposition. Le Front des forces socialistes (FFS), créé  en 1963 par Hocine Ait Ahmed, dans le sillage de l’indépendance, a décidé de ne pas participer à ce scrutin. Samedi 3 avril son Conseil national, réuni en session extraordinaire, a décidé sous la pression de la base, le boycott.

Les membres du Conseil national du FFS ont dressé un constat catastrophique de la situation politique, économique et sociale du pays. Selon eux, la priorité doit être la concrétisation des «revendications populaires pour le changement démocratique du système et l’instauration d’un État de droit démocratique et social». Ils ont également dénoncé le double jeu du pouvoir consistant à «diaboliser les partis politiques et l’action politique, et en même temps [à] les invite[r] à adopter un agenda politique élaborée unilatéralement».

«Le Conseil National réaffirme que les conditions de la tenue du prochain scrutin législatif du 12 juin ne sont pas réunies, et que les élections ne constituent pas la solution à la crise multidimensionnelle que vit le pays. Par conséquent le FFS ne peut pas participer à cette élection», conclut le Conseil national du FFS dans le communiqué final de cette session extraordinaire.

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), autre formation emblématique de l’opposition, a lui aussi décidé de ne pas présenter de candidats  le 12 juin. «Le conseil national décide du rejet de l’élection législative convoquée pour le 12 juin 2021, à l’unanimité des membres présents. Le conseil national qui a fait sien les conclusions des conseils régionaux considère que la place du RCD est aux côtés du peuple mobilisé pour le changement du système et l’avènement de l’alternative démocratique et non dans le camp de ceux qui répriment, sèment la peur et la promotion des extrêmes pour asseoir, une fois de plus, le chantage du pire», précise ce parti au terme d’une réunion qui s’est tenue samedi 20 mars.

Le boycott du FFS et du RCD est un sérieux revers pour le pouvoir. Leur retrait porte un coup à la crédibilité de ce scrutin, notamment en Kabylie où ces deux partis comptent une importante assise populaire.

De son côté, le Parti des Travailleurs s’est joint à la dynamique du boycott en décidant de ne pas siéger au sein de la prochaine assemblée nationale. Héritier de l’Organisation socialiste des travailleurs (formation d’obédience trotskiste qui a longtemps agi dans la clandestinité), il a été créé officiellement en juin 1990. Dirigée par Louisa Hanoune, le PT a rarement raté un rendez-vous électoral ces trente dernières années. Ramdane Taâzibt, membre de la direction de cette formation, précise que «ces élections n’apporteront aucune solution aux revendications des Algériens. Depuis plus de deux années, le peuple exige un changement radical à travers le départ du système, l’organisation d’élections légitimes, l’indépendance de la justice et le respect des libertés collectives et individuelles. Ces élections n’auront pour seul résultat que de perpétuer un système qui est rejeté par le peuple». Le PT a donc opté pour la non-participation et non le boycott des législatives dont l’organisation pèche, valeur aujourd’hui, par l’absence de tout cadre légal.

Quelques semaines après avoir annoncé sa décision de non-participation à l’élection du 12 juin, le Parti des Travailleurs a été la cible d’une étrange opération de «redressement». Samedi 3 avril, des personnes se revendiquant de cette formation ont organisé une rencontre dans un hôtel de l’ouest d’Alger et ont adopté une résolution pour destituer  la secrétaire générale L. Hanoune et nommer Halim Nasri comme secrétaire général par intérim. La tenue d’une telle rencontre étant soumise à un agrément des services de la wilaya (préfecture) d’Alger, la direction du PT considère donc que cette opération s’est déroulée avec la bénédiction du pouvoir. R. Taâzibt n’hésite pas à dénoncer un «putsch».

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

J'ai commencé à avoir des crises de migraine systématiques, alors je me suis rendu à la pharmacie www.europeangeneric.com pour obtenir des médicaments contre le vasospasme cérébral. Les maux de tête s'accompagnaient de fréquentes nausées, de douleurs musculaires, de troubles de la vue, de dépression, de vomissements et de troubles de la coordination des mouvements. Des analgésiques et des médicaments non stéroïdiens bien choisis ont permis de soulager rapidement les symptômes de la migraine et de réduire le risque de complications telles que les crises, les accidents vasculaires cérébraux et les gonflements du cerveau.