Législatives : Sale temps pour le PJD !

0 90
« La discipline de fer » qui faisait la réputation du parti islamiste ne semble pas résister à l’usure du temps. Le mur islamiste se lézarde et des observateurs de la chose politique n’hésitent pas à qualifier d’hémorragie, plus que d’une saignée, le départ tonitruant de cadres du PJD relavant des régions de Marrakech-Safi et Fès-Meknès. Une dizaine de cadres du PJD, dont d’anciens élus dans les conseils régionaux et provinciaux, ne se sont pas seulement contentés de claquer la porte en marge des négociations en cours pour l’établissement des listes des candidatures pour les législatives d’octobre. Mais ils ont choisi de rejoindre les rangs de « l’ennemi juré » de leur formation mère, le PAM en l’occurrence. Que du pain béni pour la formation d’Ilyas Omari qui n’a pas attendu longtemps pour faire connaître au grand public l’arrivée de ces transfuges. En effet, une conférence de presse a été improvisée, vendredi à Rabat, pour présenter les ex-pjdistes des régions de Marrakech-Safi et de Fès-Meknès.
Une telle saignée intervient au lendemain de la démission tonitruante de Chafik Chaabi, une des figures de proue du PJD dans la capitale du Gharb. En claquant la porte, le conseiller municipal du PJD qui affirme « tourner la page de l’engagement politique » pour se consacrer à son business, impute son départ au manque de transparence dans le processus d’élaboration des listes des candidatures ainsi qu’aux luttes intestines qui minent la formation que pilote Abdelilah Benkirane. Coup dur, donc, pour la formation islamiste dont les dirigeants ironisaient sur l’image de morcellement et de déchirures que renvoyaient leurs rivaux politiques. Car le PJD aussi est rattrapé par le mal qui ronge toutes les formations politiques ; l’hypertrophie des égos. S’il n’est jamais bon de voir le linge sale lavé en public, ce que les démissionnaires du PJD n’hésitent pas à faire, c’est que « rien ne va plus » au sein d’une formation qui était aux petits soins pour son « image démocratique ». La chaudière estivale du PJD risque-t-elle de livrer d’autres fuites inattendues ? Attendons pour voir… Mais ce qui est déjà certain, c’est que les critiques formulées par les uns et les autres quant aux petits secrets de « la marmite » du PJD ne laisseront pas les électeurs sans…voix. Bien au contraire, la vague de l’angélisme a tendance à se retirer au loin. Tel est le verdict de la loi de la nature.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus