Les cimentiers «éco- responsables »

0 90

Sur les douze dernières années, les cimentiers regroupés dans leur association APC  se sont engagés  dans une course à l’économie d’énergie et au développement responsable. Dans ce sens, les entreprises du secteur, «environnementalement»  cautionnées par le ministère de tutelle, ont notablement réduit leur consommation électrique et thermique. Les investissements environnementaux engagés depuis 2003 représentent deux milliards et demi de dirhams. Ils constituent pour les nouvelles unités 15% du total des investissements de capacités. En outre, les derniers investissements réalisés ont privilégié des équipements performants en termes d’économies de consommation d’énergie ainsi que des techniques de production propre.  Dans ce cadre, le choix de la production d’électricité éolienne constitue, selon les opérateurs, une solution qui concilie efficacité économique et performance environnementale. En 2015, la capacité sollicitée par les cimentiers est de 137 MW, soit 43% des besoins permettant d’éviter l’émission de près de 400 000 t. de gaz à effet de serre. Et ils ne comptent pas en rester là !  Lafarge Maroc a porté sa capacité de 10 à 32 MW et signé une convention avec Nareva pour la construction d’un parc de 100 MW. Ciments du Maroc, de  son côté,  a achevé la construction d’un parc de 5 MW, extensible à 10, voire 50 MW. Outre celui de 10 MW, à Safi.  Côté électricité solaire, le procédé CSP a été installé par Ciments du Maroc à la cimenterie d’Aït Baha. Il contribue à la cogénération de l’énergie électrique à hauteur de 9.000.000 kWh/an.  Toujours dans le plan environnemental, la valorisation des déchets (combustibles de substitution) contribue à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et à la préservation des ressources naturelles tout en assurant aux collectivités locales le service qu’elles attendent d’un incinérateur traditionnel ou de tout autre procédé d’élimination des déchets réduisant les mises en décharge, les enfouissements et les déversements. Sur ce point, l’augmentation de la capacité de production de ciment se traduit aussi par une augmentation de la capacité d’incinération. Cette puissance de feu peut éliminer 50 % de l’ensemble des déchets ménagers et industriels du pays. Le taux d’utilisation des combustibles de substitution, actuellement de 12%, est appelé à se renforcer (objectif 40%).

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus