Les deux tiers des entreprises appréhendent le retour au confinement

Une proportion de 71% des entreprises appréhende un retour au confinement imposé par la crise sanitaire liée à la pandémie du nouveau coronavirus (covid-19), selon une note sur la reprise des activités des entreprises suite à la levée du confinement du  Haut-Commissariat au Plan (HCP).

0 5 668
Les deux tiers des entreprises appréhendent le retour au confinement

En ligne avec la remontée des cas testés positifs au virus, les deux tiers des entreprises nationales craignent un retour au confinement.  Par catégorie d’entreprises, la moitié des très petites entreprises (TPE) ont déclaré que les mesures restrictives mises en place par les autorités administratives afin de limiter la propagation du Covid-19 constituent une entrave à une reprise normale de l’activité de l’entreprise, indique le HCP. 

Ce taux atteint 45% pour les petites et moyennes entreprises (PME) et près de 36% chez les grandes entreprises (GE), relève la même source, ajoutant que la principale contrainte de la reprise pour les entreprises de la construction est la demande insuffisante selon 82% des chefs d’entreprises de ce secteur. Ladite note fait également ressortir que 62% des exportateurs invoquent le recul de la demande à l’export comme frein spécifique et prépondérant à la reprise pour cette catégorie d’entreprises. 

En outre, le HCP souligne que les difficultés financières, qu’elles soient liées à leur trésorerie ou à la couverture des charges d’exploitation, ressortent comme principale contrainte pour une majorité d’entreprises à la reprise de leurs activités. Elles sont citées par bon nombre de secteurs et branches notamment le textile et le cuir (81%), l’agro-alimentaire (76%), l’électrique et électroniques (73%), le transport et entreposage (75%) ainsi que l’hébergement et la restauration (70%), relève-t-il, notant que la crise sanitaire a conduit les entreprises à repenser totalement leur mode d’organisation. 

Ainsi, une proportion de 28% des entreprises a déclaré que le confinement l’a poussée à adopter une flexibilité des modalités de travail (télétravail, travail en alternance, etc). Un quart des entreprises a développé un mode de gestion commercial via les outils de télécommunication à distance, tandis qu’une entreprise sur cinq s’est engagée dans un processus de digitalisation comme mesure alternative pour s’adapter à ce contexte. 

Par ailleurs, le HCP indique que 77,4% des entreprises déclarent que la situation actuelle de leurs équipements permet de protéger parfaitement les employés contre la covid-19, 16,4% parmi elles déclarent que la protection n’est que partielle contre 6,2% qui affirment que les équipements de leurs entreprises ne garantissent aucune protection. Par catégorie d’entreprise, les équipements de la majorité des GE (87%) garantissent une protection parfaite des employés contre cette pandémie, tandis que 7% des TPE manquent totalement d’équipements de protection contre la pandémie.

Investissements décalés  

Les investissements programmés au titre de l’année 2020 ne seront pas totalement réalisés pour 67% des entreprises.  29% des entreprises prévoient un report, 17% une annulation et 21% une réduction, précise le HCP.  Par catégorie d’entreprises, cette proportion atteint 71% chez les très petites entreprises (TPE), 60% parmi les petites et moyennes entreprises (PME) et 50% chez les grandes entreprises (GE), relève la même source, notant que par branche d’activité, la proportion des entreprises déclarant surseoir ou réduire leurs investissements s’élève à 83% dans les industries électriques et électroniques ainsi que dans l’hébergement et restauration, 75% dans le transport et entreposage et 68% pour la construction. 

Le HCP fait également savoir que près de la moitié des entreprises estiment ne pas être suffisamment capitalisées pour reprendre leurs activités. Cette proportion représente 50% chez les TPE, 48% chez les PME et 33% chez les GE, explique-t-il, ajoutant que les entreprises des industries électriques et électroniques, du transport et entreposage et l’hébergement et restauration sont celles qui souffrent le plus d’un manque de fonds propres selon respectivement 66%, 59% et 57% des chefs de ces entreprises. 

Par ailleurs, une proportion de 51,3% des entreprises estiment qu’elles ne seront pas en mesure de reprendre le remboursement de leurs dettes qu’après un an et plus. Ce constat est général puisqu’il est observé de manière quasi équivalente selon les catégories d’entreprises ainsi que selon les secteurs d’activité. 

S’agissant du financement externe, 45% des entreprises comptent y recourir, fait remarquer le HCP, notant que 39% des entreprises comptent se financer par crédit auprès du même partenaire bancaire (50% des GE, 43% des PME et 37% des TPE), alors que 4% des entreprises comptent recourir à un nouveau partenaire bancaire et 3,5% choisissent d’autres établissements financiers. L’émission d’obligations et le marché boursier viennent en dernières positions avec respectivement 1% et moins de 1%.

Cette note présente les principaux résultats de la deuxième enquête relative à l’impact de la crise sanitaire sur les entreprises. L’objectif de cette enquête est de constater le niveau de reprise d’activité des entreprises suite à la levée du confinement, d’appréhender les contraintes qui freinent cette reprise et de relever les mesures d’adaptation qu’elles ont entamées pour s’adapter au nouveau contexte post-confinement. Il s’agit de décrire ainsi à travers ces résultats, les difficultés des entreprises dans leur quête de reprise d’activité après le coup d’arrêt causé pour une grande partie d’entre elles par le confinement. 

Cette enquête, menée via la collecte assistée par tablette et téléphone du 03 au 15 juillet, a été réalisée auprès de 4.400 entreprises organisées représentant l’ensemble des unités opérant dans les secteurs de l’industrie manufacturière, de la construction, de l’énergie, des mines, de la pêche, du commerce et des services marchands non financiers.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus