cialis 20mg side effects acheter propecia online paris acheter cialis 60mg est-ce qu'il faut une ordonnance pour du viagra achat cialis 5mg viagra ou equivalent en pharmacie sans ordonnance ou acheter le viagra sans ordonnance en espagne achat viagra 100mg original viagra en ligne paypal pris du cialis générique

Les étudiants battent toujours le pavé en Algérie: A fleur de peau, le système réprime à tour de bras

Même si mardi 13 avril coïncide avec le premier jour du mois de Ramadan, les étudiants n’ont pas renoncé à leur journée de mobilisation hebdomadaire qui amalgame les autres composantes du Hirak populaire. Alger, Tizi-Ouzou et Bejaïa ont vibré au rythme des marches menées par les étudiants en colère contre un système qui non seulement les infantilise, mais les réprime. 

0
Les étudiants battent toujours le pavé en Algérie: A fleur de peau, le système réprime à tour de bras

Dans la capitale Alger, la marche de mardi a été placée sous le signe de la solidarité avec les 7 étudiants incarcérés, mais aussi avec tous les détenus d’opinion. De la place des Martyrs, la marche s’est ébranlée  vers la place Emir Abdelkader avant de subir, au niveau de  la rue Ali Boumendjel, le harcèlement du cordon de policiers déployés pour disperser les manifestants. L’arme des manifestants a tonné avec des slogans qui dénoncent et le système et sa machine répressive. Au centre d’Alger, un étudiant a été arrêté… Les manifestants ont réitéré, fort à propos, leur soutien aux détenus d’opinion, particulièrement aux sept étudiants incarcérés dans diverses wilayas pour avoir appuyé le Hirak populaire. « Touche pas à nos étudiants », « non à la nouvelle dictature, Algérie libre et démocratique », autant de messages significatifs figurant sur les pancartes brandies par les partisans du Hirak. Les détenus du Hirak ne sont pas oubliés, notamment les cinq activistes arrêtés à Alger en lien avec l’affaire du mineur «harcelé » dans les locaux de la police. Des portraits de Mohamed Tadjadit, Malik Riahi et leurs compagnons étaient brandis à cette occasion aux côtés des pancartes qui appellent à la libération de tous les détenus, étudiants ou pas : « libérez nos enfants pour qu’ils puissent jeûner avec nous », « libérez les détenus, ils n’ont pas vendu de la cocaïne » ou encore « libérez les otages immédiatement ».  

Les étudiants ne sont pas dupes face aux initiatives que le pouvoir tente de mettre en branle. Ainsi, il ont exprimé, une fois de plus, le rejet des élections législatives du 12 juin et martelé l’impérative mise en place d’un « État civil et non militaire », tout en s’accrochant au sacro-saint appel à l’indépendance du pays de l’emprise d’un système dont les rouages tournent à la cadence des galonnés militaro-sécuritaires.…

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

J'ai commencé à avoir des crises de migraine systématiques, alors je me suis rendu à la pharmacie www.europeangeneric.com pour obtenir des médicaments contre le vasospasme cérébral. Les maux de tête s'accompagnaient de fréquentes nausées, de douleurs musculaires, de troubles de la vue, de dépression, de vomissements et de troubles de la coordination des mouvements. Des analgésiques et des médicaments non stéroïdiens bien choisis ont permis de soulager rapidement les symptômes de la migraine et de réduire le risque de complications telles que les crises, les accidents vasculaires cérébraux et les gonflements du cerveau.