Les Marocains face aux Institutions: L’heure est à la défiance…

0
Les Marocains face aux Institutions: L’heure est à la défiance…

L’étude lancée par l’Institut Marocain d’Analyse des Politiques (MIPA) fait grand cas du rapport qui lie les Marocains aux institutions du pays. Plus de 67% des personnes recensées affirment avoir perdu confiance dans le gouvernement et les partis politiques.
57.5% ne croient plus au parlement et 41% ne font plus confiance à la Justice.
Seules la police et l’armée bénéficient de la plus grande confiance des personnes interrogées avec des taux respectif de 78 % et 83,3 %.

Présenté mardi 3 décembre 2019 à Rabat, le rapport annuel de l’Institut marocain d’analyse des politiques (MIPA), élaboré en partenariat avec la fondation Heinrich Boll, et réalisé en octobre 2019 par le cabinet Averty, s’est basé sur un échantillon de 1000 personnes de plus de 18 ans, déclare Mohamed Mesbah, directeur du MIPA.
Voilà de quoi donner du crédit à pareil travail. Qui, dans son premier constat, souligne la perte de confiance des Marocains en leurs institutions.

Un peu plus de 67 % des Marocains affirment avoir perdu confiance dans le gouvernement et les partis politiques.

La Justice, autre pilier du système, n’en réchappe pas puisque 41 % des sondés affirment ne pas lui faire confiance.

Pis, l’étude fait savoir, et c’est terrible pour la construction démocratique, que la moitié des personnes recensées ne connaissent pas les fonctions du parlement.
Rien d’étonnant dès lors à ce que 90 % d’entre eux ignorent jusqu’à l’identité des présidents des deux chambres.

Seul bémol, deux institutions résistent à cette érosion: la police et l’armée sont les institutions qui bénéficient de la plus grande confiance des personnes interrogées, avec des taux respectifs de 78 % et 83,3 %.

Par ailleurs, 69 % des Marocains ont déclaré leur insatisfaction quant à la trajectoire générale suivie par le pays.
La moitié des personnes interrogées se disent mécontentes de la situation économique, et environ 74 % d’entre eux estiment que les efforts du gouvernement pour lutter contre la corruption sont inefficaces.

Enfin, seuls 24 % des personnes interrogées ont déclaré faire confiance au secteur public de la Santé contre 73 % pour le privé.

Le secteur de l’enseignement public est également affecté puisque 48 % des sondés ne font plus confiance aux écoles du public.

La défiance est bien là, pesante et inquiétante. Pas moins de 42 % des Marocains ont affirmé ne pas faire confiance aux autres concitoyens.
Par contre, plus de 95% des sondés ont confirmé avoir une confiance aveugle en leur famille.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus