Les négociations embourbées autour du barrage éthiopien « La Renaissance » 

L’Ethiopie, l’Egypte et le Soudan, ont poursuivi dimanche, au niveau des ministres des Affaires étrangères et de l’eau, leurs négociations autour du grand barrage éthiopien sur le Nil “La Renaissance”. Négociations qui achoppent sur le refus de Khartoum. Addis-Abeba a annoncé la construction d’un deuxième barrage… 

0
Les négociations embourbées autour du barrage éthiopien « La Renaissance » 

En ce sens, précise un communiqué du ministère éthiopien des Affaires étrangères, la Présidence du Conseil exécutif de l’Union africaine a proposé aux trois pays de tenir une rencontre bilatérale de trois jours avec les experts désignés de l’UA, suivie d’une réunion tripartite.

Cette proposition du Conseil exécutif de l’UA, souligne encore le ministère, a été acceptée par l’Ethiopie et l’Egypte, mais rejetée par le Soudan, alors même que l’Ethiopie s’est engagée à répondre aux préoccupations de Khartoum concernant la sécurité du barrage, l’échange de données et d’autres problèmes techniques.

Pour rappel, le gigantesque barrage La Renaissance, avec 155 mètres de haut et 1,8 km de long, aura une puissance de 6000 mégawatts après achèvement des travaux, ce qui va permettre de couvrir tous les besoins de l’Ethiopie en électricité.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus