The news is by your side.

Les oeuvres de Nedali épluchées à Meknès

41
“Mohamed Nedali: Une oeuvre, un écrivain. “ est la thématique principale de la journée d’étude, organisée  vendredi dernier à L’Ecole Normale Supérieure de l’Université My Ismail de Meknès.
Au menu de cette journée d’étude qui se déroule en présence de l’écrivain Mohamed Nedali , plusieurs communications d’enseignants universitaires de l’ENS, du département de Langue et Littérature française des facultés des Lettres et Sciences humaines de Meknès et de Fés. Les intervenants ont essayé de mettre en exergue la substantifique moelle de chaque oeuvre de Mohamed Nedali. Bref, des analyses kaléidoscopiques pertinentes qui n’ont rien laissé au hasard. De quoi enrichir la bibliothèque universitaire marocaine en ces temps de plagiat institutionnalisé et de pseudos -chercheurs qui sont légion!
Au commencement , des mots d’ouverture de Mohammed Sehbi et Mohamed Yassine , respectivement Président de l’Université My Ismail et Directeur de L’Ecole Normale Supérieure.
L’”incipit “ de cette journée d’étude a été la communication de Khalid Dahmany intitulée : “ Mélancolie meurtrière dans Triste jeunesse “. “Théâtralisation et burlesque dans Morceaux de choix” à été la communication de Mohammed Dekhissi tandis que Mohamed El BOUAZZAOUI a traité de l’“anatomie de la société marocaine dans quelques textes de Mohamed Nedali “. Abdelamjid El Kadim, Abderrahim Kamal, Fouad Mehdi et Driss Messkine, Noureddine NIMGHAREN et Mounia Zizi se sont relayés autour des thèmes suivants :
“ Mensonge social et vérité romanesque. Satire et stratégies textuelles dans Le Jardin des pleurs de M.Nedali “, “Réflexions sur (et autour de) La Maison de Cicine de Mohamed Nedali “, “Fonctions de l’incipit dans les romans de Mohamed Nedali “, “La Maison de Cicine de Mohamed Nedali “, “Espaces et métamorphoses dans Triste jeunesse de Mohamed Nedali.
Absent lors de cette journée d’étude, la communication de Khalid Hadji, intitulée “La mimèsis ironique dans Le Jardin des Pleurs de Mohamed Nedali », a été lue par une étudiante de l’ENS. Que du bonheur !
3 commentaires
  1. Med dit

    On aimerait que de telles manifestations se multiplient au sein des établissements universitaires marocains. L’ENS, ce « petit bijoux » comme aime l’appeler M. Sehbi, le Président de l’UMI, en a été sensible depuis son annexion à l’Université My Ismaïl. Mohamed Yassine, l’actuel Directeur de l’École, ne lésine sur rien pour que réussissent ces activités… Bon vent!

  2. Flûte dit

    C’est une très belle initiative de la part de nos professeurs qui ne cessent de nous étonner. C’est dans cette perspective que doivent évoluer les établissements de l’université marocaine. L’ENS, ce « petit bijoux » comme aime l’appeler M. Sehbi, le Président de l’UMI, en a, depuis son annexion à l’Université, été sensible, très sensible. Mohamed Yassine, le Directeur actuel de l’École, ne lésine sur rien pour que ça aboutisse… Bon vent!

  3. El Bouazzaoui dit

    Merci Si Yahya Saidi de ta présence et de ta couverture journalistique. En effet, l’ENS est entre de bonnes mains. Les enseignants sont très dynamiques. A très bientôt pour une autre édition autour d’un autre écrivain marocain.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :