« Les Voyages d’Ibn Battûta » par Lotfi Akalay & Joël Alessandra

« Les Voyages d’Ibn Battûta », sorti vendredi 26 juin, est une belle surprise comme les aiment les aficionados du neuvième art. Illuminée par les aquarelles de Joël Alessandra, lui-même artiste voyageur, cette bande dessinée est une invitation au voyage et surtout une petite merveille en soi. L’ouvrage préfacé par Ali Benmakhlouf devrait être mis entre les mains de tous…

0 5 535
« Les Voyages d’Ibn Battûta » par Lotfi Akalay & Joël Alessandra

En 1354, quand Ibn Battûta revient à Fez, au Maroc, il rentre d’un périple qui aura duré vingt-neuf ans. Un pèlerinage à La Mecque en 1325 a ainsi conduit l’aventurier aux quatre coins du monde : en Afrique, en Espagne, en Inde, des Maldives jusqu’en Chine.

Si les lauriers de noblesse lui sont tressées par les érudits, il est hélas trop peu connu parmi le commun des mortels. Ce Marco Polo musulman est un des plus grands voyageurs de l’histoire. Né à Tanger, il fut à l’origine de la consécration du récit de voyage en tant que genre littéraire dans le monde musulman au XIVe siècle quand il publia sa « rihla », un mot qui signifie le voyage, à l’origine de cette adaptation. 

En 1998, le journaliste et écrivain marocain Lotfi Akalay avait déjà consacré un livre à l’explorateur, qu’il considère comme le « premier touriste du monde ». Il y décortiquait
les controverses autour du texte, en révélant les modalités de circulation dans le monde musulman de l’époque. La bande dessinée a ouvert de nouvelles portes à ses ambitions : la mise en abyme du récit original par le dessinateur, du point de vue d’Ibn Battûta, crée l’illusion d’un carnet de voyage, étape par étape, alternant croquis et planches à l’aquarelle. Un périple tout en lumière qui mêle le réalisme historique et l’onirisme du conte. 

Lotfi AKALAY
Lotfi AKALAY

Biographie : Né en 1943,  Lotfi AKALAY appartient à une famille tangéroise de père en fils. Sa parole libre en fait une figure de Tanger dont il sait aussi se moquer. À partir de 1990 et jusqu’en 1994, il rédige de savoureuses chroniques humoristiques pour Al Bayane, quotidien de gauche, organe de la classe ouvrière, puis il opte pour La Vie Économique, porte-parole des milieux  d’affaires. Charlie Hebdo publie une de ses nouvelles, Le Candidat, sous forme de feuilleton durant l’été 1995. En mai 1996, Lotfi Akalay publie aux Éditions du Seuil son premier roman, intitulé Les Nuits d’Azed, livre traduit en plusieurs langues. En 1997, il publie des billets d’humeur dans le mensuel Femmes du Maroc. En juin 1998, il publie Ibn Battouta, Prince des voyageurs aux éditions casablancaises Le Fennec, passionnant récit de voyages du « premier touriste du monde ». Lotfi Akalay était, par ailleurs, directeur de l’agence de voyages Calypso. Il s’éteint le 18 décembre 2019. 

Joël Alessandra 
Joël Alessandra

Joël Alessandra : Né à Marseille en 1967, Joël Alessandra est un infatigable baroudeur. Alternant  carnets de voyages et albums de fiction nourris de contrées lointaines, il explore tout autant le monde que la nature profonde de l’âme humaine. Ses aquarelles vibrantes, profondes et chaudes comme le café qu’il utilise fréquemment pour dessiner, le hissent parmi les plus grands aquarellistes de la bande dessinée d’aujourd’hui.
On lui doit notamment Retour du Tchad (2010) et Ennedi, la beauté du monde (2012), tous deux nominés au Grand Prix Michelin du Festival International du Carnet de Voyage de Clermont- Ferrand ainsi qu’une adaptation en 3 tomes du roman d’Amin Maalouf, Le Périple de Baldassare puis Errance en mer Rouge (2014), album qui reçoit le prix du meilleur album au festival de Nîmes. Il publie un livre de voyage sur l’Est africain : Abyssinie en 2017 et en 2020 La Force des Femmes, un livre engagé mettant à l’honneur des femmes d’Afrique et du Maghreb. 

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus