The news is by your side.

L’Europe entre Brexit et implosion: Union sacrée contre Trump ?

11
Tour à tour, les dirigeants européens sont sortis de leur torpeur pour répondre aux déclarations-chocs du président américain élu sur la poursuite de la fragmentation de l’Union après le Brexit. Ainsi, la chancelière allemande a été suivie par le Président français en appelant l’Union européenne à davantage d’« unité » et d’« assurance ». À cinq jours de sa prise de fonctions vendredi, Donald Trump a multiplié les déclarations corrosives, en particulier sur l’Europe et l’Otan, qualifiée d’« obsolète », dans un entretien dimanche aux quotidiens britannique The Times et allemand Bild.
Le milliardaire républicain a estimé que le Royaume-Uni avait eu « bien raison » de quitter une Union européenne selon lui dominée par l’Allemagne, a prédit que le Brexit serait un « succès » et que d’autres pays quitteraient l’Union européenne. Il a aussi jugé que la chancelière allemande Angela Merkel avait commis « une erreur catastrophique » en ouvrant son pays aux migrants en 2015, et a établi un lien entre cette politique controversée et l’attentat du 19 décembre à Berlin (12 morts).
Angela Merkel qui n’a pas répondu du tac au tac au Président US a réaffirmé, depuis Berlin, ses positions sur le lien transatlantique ou l’Europe post-Brexit. « Je pense que nous, les Européens, avons notre destin dans nos propres mains. Je vais continuer de m’engager pour que les 27 États membres travaillent ensemble vers l’avenir (…) face aux défis du XXIe siècle », a-t-elle déclaré. Pour sa part, François Hollande a affirmé que l’Union européenne « n’a pas besoin de conseils extérieurs pour lui dire ce qu’elle a à faire », lors de la remise de la Légion d’honneur à l’ambassadrice américaine à Paris Jane Hartley. « Je vous l’affirme ici : l’Europe sera toujours prête à poursuivre la coopération transatlantique, mais elle se déterminera en fonction de ses intérêts et de ses valeurs. Elle n’a pas besoin de conseils extérieurs pour lui dire ce qu’elle a à faire », a déclaré le président français.
« Au moment où s’installe une nouvelle administration à Washington, je voudrais rappeler que les relations entre l’Europe et les États-Unis ont toujours été fondées sur des principes et des valeurs. Ces valeurs s’appellent le respect, le soutien mutuel en cas de péril, mais aussi l’attachement à la démocratie, la défense des libertés, et cette égalité entre les femmes et les hommes, la dignité de l’être humain », a ajouté le président français. Il a également défendu l’Otan, qui « ne sera obsolète (terme employé par Donald Trump) que lorsque les menaces le seront devenues elles aussi », a-t-il jugé.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :