L’Exécutif au chevet du législatif : La majorité resserre les rangs…

0 22
L’Exécutif au chevet du législatif : La majorité resserre les rangs…

Un accord a été dégagé entre les partis de la majorité pour convoquer une session extraordinaire du Parlement dans l’objectif de faire adopter une série de projets de lois en attente.

Réunis mercredi 6 mars chez Saâd Eddine El Othmani, les leaders du PJD, du RNI, de l’UC, du MP, de l’USFP et du PPS, partenaires de la coalition au pouvoir, auront donné d’eux-mêmes une image surfaite de « coordination » et de « concorde » tout en cherchant à rassurer l’opinion quant à la dynamique d’action d’un Exécutif écartelé.

Sur le plan légal, le chef du gouvernement a la latitude de convoquer une session extraordinaire de l’institution législative via la publication d’un décret qui fixe un agenda précis des travaux de cette session.

Parmi les textes de loi toujours dans le pipe figurent le projet de loi-cadre sur la réforme de l’Education nationale, le projet de loi organique sur l’amazigh, le projet de loi sur le droit de grève, la révision du Code pénal et du Code de la procédure pénale ainsi que le projet de loi organique relatif au Conseil national des langues et de la culture.

C’est le projet de loi sur la réforme de l’éducation qui divise les partis politiques au sein du Parlement. Le PJD s’oppose à la disposition proposant d’enseigner les matières scientifiques en langues étrangères contrairement à ses alliés dans la majorité comme le tandem RNI-UC qui plaident pour cette mesure. Dans l’opposition, l’Istiqlal est contre cette disposition alors que le PAM la défend fermement. La date de cette session extraordinaire du Parlement n’a pas encore été fixée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus