The news is by your side.

L’héritage revisité par A. Khamlichi: Sortir des dogmes

14

Qui a dit que le Maroc ne diposait pas d’oulémas éclairés capables de rabattre le caquet à tous ceux qui s’improvisent gardiens du Temple de la vertu ? Ahmed Khamlichi, directeur de Dar al Hadith al Hassani, fait partie de cette gente qui préfère garder le silence par… vertu. Sauf quand les circonstances exigent de briser le silence pour faire entendre la voix de la modération. Et c’est sur la question de l’héritage, qui anime des débats passionnés, qu’il ose proposer, en marge d’un débat organisé par « Damir », une voie conciliant les deux camps antagonistes. L’héritage est une sorte de rente qu’il faut « repenser », assure Ahmed Khamlichi, connu pour ses prises de sur les grands thèmes socio-religieux qui secouent la société comme l’avortement. Si l’on ne peut interdire ce qui est licite et autoriser ce qui est interdit, en plus de l’interdiction d’interprétation en présence d’un texte explicite, A. Khamlichi ruse en proposant le recours au testament. Même si le testament est prohibé en islam à travers le principe de « pas de legs testamentaire en bénéfice d’un héritier ». Cette idée, selon Khamlichi, était née du principe que le testament est fait par celui qui lègue, qu’il peut donc être injuste et qu’il fallait l’en empêcher. Le directeur de Dar al Hadith al Hassani propose en conséquence que le testament puisse prendre appui sur le verset 180 de sourate al Baqara. « On vous a prescrit, quand la mort est proche de l’un de vous et s’il laisse des biens, de faire un testament en règle en faveur de ses père et mère et de ses plus proches. C’est un devoir pour les pieux », lit-on dans le Coran. Pour Khamlichi, établir un testament pour ses plus proches, comme les personnes à besoins spécifiques, ne relève point du sacrilège. L’orateur a expliqué que cela est déjà fait dans les organismes publics comme la CNSS ou les caisses de retraite qui font bénéficier la veuve de la moitié de la pension de leur époux défunt, en plus des enfants à besoins spécifiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :