Libye : l’intervention étrangère suscite le courroux de Tripoli

Les forces fidèles au gouvernement d’union nationale continuent leur progression au centre de la ville de Syrte soutenue par les frappes aériennes américaines et libyennes. Leur progression reste lente malgré l’intervention américaine. Les frappes se sont intensifiées, mardi 9 août, mais la reconquête totale reste lente. Cela explique pourquoi des médias US ont évoqué, pour la première fois, la présence de forces spéciales US qui combattent pour la reprise de Syrte. Une présence qui ne semble pas agréer à tous en Libye, même au gouvernement d’union nationale qui a autorisé les frappes aériennes. Voilà de quoi alimenter davantage la tension entre Tripoli et ses partenaires étrangers de fortune ligués dans le combat contre Daech. Une polémique avait déjà éclaté autour de la présence de soldats britanniques sur le sol libyen. Cela sans parler des forces spéciales françaises. En tout cas, sur le champ de bataille, la situation reste compliquée. « Sortir l’EI de Syrte nécessite encore quelques semaines », annonce le porte-parole des forces du gouvernement d’union nationale, le colonel Mohammed al-Ghasri. Pourtant, toujours selon le colonel, 12 frappes aériennes américaines, ont visé des positions de l’EI durant la journée du mardi 9 août. L’une d’elles a visé une voiture piégée laissée par les jihadistes devant une banque qu’ils contrôlaient. La résistance de l’organisation reste encore forte, surtout autour de son quartier général, l’immense complexe de conférence Ouagadougou. Mais les forces de Tripoli dominent maintenant tous les points stratégiques de la ville. Un plan serait même déjà prêt pour conclure la bataille. L’intensification des frappes marque une nouvelle phase dans la bataille. Mais le Premier ministre soutenu par la communauté internationale, Fayez el-Sarraj, rappelle que c’est à son gouvernement de décider de la fin des frappes. Pour lui, elles doivent être liées à la progression militaire sur le terrain. Les Américains, eux, avaient limité leur intervention lancée le premier août, à trente jours.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus