En Libye, des militaires français guerroient…

0
Trois militaires français, des sous-officiers, ont été tués lors d’une mission en territoire libyen, a déclaré mercredi 20 juillet, le ministre de la Défense, Jean Hyves Le Drian, dans un communiqué. Le ministère qui ne précise ni les circonstances ni la date de leur mort confirme donc ce qui faisait partie des rumeurs : un corps expéditionnaire français est actif en Libye. Jusqu’à présent, Paris n’avait jamais reconnu officiellement la présence de militaires français sur le sol libyen. Le même communiqué « salue le courage et le dévouement de ces militaires engagés au service de la France, qui accomplissent, tous les jours, des missions dangereuses contre le terrorisme » et adresse ses condoléances à leurs familles. La France n’avait admis naguère que le survol de ce pays d’appareils militaires chargés de collecter de l’information et du renseignement.
Des spécialistes es terrorisme avaient déjà avancé la présence de forces spéciales françaises en Libye. Particulièrement à Benghazi, leur présence servirait d’appoint à la lutte engagée contre les divers groupes djihadistes qui déstabilisent la région. D’après des observateurs avertis, Français et Britanniques se sont partagés les tâches dans cette guerre asymétrique. A charge pour les forces britanniques de s’activer à Misrata pour empêcher l’avancée des djihadistes.
Un peu plus tôt, Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement, avait confirmé la présence de forces spéciales françaises en Libye pour lutter contre les djihadistes. « Les forces spéciales sont là, bien sûr, pour aider et faire en sorte que la France soit présente partout pour lutter contre les terroristes », a-t-il déclaré.
En citant des responsables libyens, l’agence de presse AP avait parlé de deux Français des forces spéciales tués près de Benghazi, dimanche dernier, lorsqu’une milice a abattu l’hélicoptère à bord duquel ils se trouvaient.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus