The news is by your side.

L’immigration selon D. Trump: L’autre revers de l’America First

12
Donald Trump n’en fait qu’à sa tête. Il a limogé Sally Yates, ministre de la Justice intérimaire des États-Unis, qui a annoncé qu’elle refusait de défendre le décret sur l’immigration signé vendredi par le président. Pourtant, il avait les yeux et les oreilles grands ouverts face aux scènes de chaos et de manifestations dans les aéroports tout le long du week-end. Il faut croire que l’ordre présidentiel lié aux restrictions d’entrée sur le sol US a suscité un tollé tel qu’il s’est répercuté jusqu’aux marchés financiers américains. De nombreuses entreprises dans la Sillicon Valley se concertent déjà pour trouver une parade légale aux nouvelles mesures « sécuritaires » prises par l’administration Trump pour limiter l’immigration sur le sol américain. Mesures décriée aussi par l’ancien locataire de la Maison Blanche qui n’a pas digéré pareilles mesures susceptibles de faire le jeu du terrorisme. Et objet des critiques du département d’Etat qui fait écho aux réactions scandalisées des représentations diplomatiques US à l’étranger.
Quoi qu’il en soit, Sally Yates « Attorney general », désignée par Obama et qui assurait l’intérim en attendant la confirmation par le Sénat de Jeff Sessions, s’est prononcée contre la défense du décret dans un communiqué. Elle disait douter que la défense de l’ordre présidentiel soit « en ligne avec l’obligation solennelle de l’institution de toujours rechercher la justice et défendre ce qui est juste ». Devant pareille volte-face, la Maison Blanche a sorti la grande artillerie pour assurer que S. Yates « a trahi le département de la Justice en refusant de mettre en oeuvre un ordre juridique conçu pour protéger les citoyens des Etats-Unis. Et limoger la frondeuse. C’est donc Dana Boente, procureur du district est de la Virginie, qui a été choisi pour la remplacer jusqu’à l’entrée en fonctions de Jeff Sessions. Il a été investi dans la soirée, à 21h00, a précisé la Maison-Blanche. D. Boente a assuré au Washington Post qu’il soutiendrait l’ordre présidentiel. Ce procureur fédéral a immédiatement annulé les instructions de Mme Yates. « Je donne instruction aux hommes et aux femmes du département de la Justice de faire leur devoir comme nous l’avons juré et de défendre les ordres légaux de notre président », a déclaré D. Boente dans un communiqué.
Il y a lieu de rappeler que la décision de D. Trump a été largement critiquée par les alliés européens de Washington. Alors que dans le monde musulman ciblé par cette mesure, seul l’Iran a décidé de faire valoir le principe de la réciprocité. Le monde arabe se faisant encore plus petit face aux injonctions de l’Empire.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :