L’Inde veut sécuriser ses besoins pétroliers en Afrique

0 81
Le président indien est attendu mardi à Abidjan, en Côte d’Ivoire, poursuivant ainsi sa tournée africaine qui l’a déjà mené au Ghana et en Namibie. Pranab Mukherjee poursuit donc un périple éminemment économique qui lui permettrait de gagner des points à l’heure du ralentissement chinois. Avec une croissance à 7,6%, l’Inde est l’économie la plus dynamique du monde. Puissance industrielle, elle a besoin aussi bien de matières premières que de pétrole. Si l’Inde importe les hydrocarbures du Soudan et de l’Angola, il y a lieu de souligner que depuis 2014, c’est le Nigéria qui est devenu son premier fournisseur en brut. Ce qui n’empêche pas le géant asiatique de chercher à sécuriser ses approvisionnements en jouant la carte de la diversification. Le déplacement au Ghana et en Côte d’Ivoire, jeunes producteurs de pétrole, étaye une telle approche.
En mettant le cap sur l’Afrique de l’Ouest, le président essaie de resserrer les liens avec l’ensemble du continent et de talonner son principal concurrent, la Chine. En 2008, les investissements chinois étaient estimés à 60 milliards dans le Continent, soit le double de l’effort indien. Le rattrapage est ainsi amorcé…

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus