The news is by your side.

L’Intérieur veut « dégüleniser » l’enseignement : Ce n’est pas trop tôt pour effacer le tableau !

12
A quoi remonte le coup d’Etat avorté en Turquie ? A bien des mois. Et pourtant, le ministère de l’Intérieur, avec ses escouades d’éminences grises qui travaillent dans l’ombre, n’aura pas fait montre d’une réactivité à toute épreuve. Pour dénoncer le legs de l’association güleniste qu’elle a su partager, dans une grande générosité islamique, dans diverses contrées musulmanes. La lecture du communiqué de l’Intérieur a de quoi inquiéter. Car comment se fait-il que les yeux de l’Etat qui ne dorment pas et ses oreilles qui ne se relâchent pas aient pu passer outre une réalité dénoncée seulement aujourd’hui ? Bien sûr qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire. Toujours est-il important de souligner que le Royaume a tout intérêt à prendre garde contre les actions de tous les bonimenteurs qui prêchent le faux pour obtenir ce qu’ils souhaitent : détruire, via l’école, l’intelligence des générations qui se succèdent sur les bancs. On devinera, bien sûr, entre les lignes du communiqué officiel le poids de la Turquie officielle dans ce qui est assimilé à une fermeture définitive des écoles financés par un factieux. Car si le Maroc avait condamné la tentative de coup d’Etat en Turquie, la logique aurait du conduire nos décideurs à solder tous les comptes avec le présumé fauteur de troubles dans le pays du Bosphore. D’autant plus que le Président Erdogan n’a pas hésité à mettre sur le dos de son ancien allié, dans la nébuleuse islamiste, la démonstration de force de l’armée turque.
Maos le plus important dans cette histoire aux relents plus diplomatiques que politico-religieux est de voir, enfin, l’Intérieur mettre son nez dans le fouillis des écoles qui pullulent aux coins de rue. Pour évaluer si les programmes qui y sont enseignés aux élèves sont conformes à l’idée que l’on se fait du dogme : le malékisme qui prône le juste milieu. Sans quoi, risque il y a de voir les pépinières d’une pensée radicale et extrémiste pulluler d’une armée d’égarés difficile à contenir. Déjà qu’on a du mal, avec l’école publique, à mieux armer les futurs citoyens contre les discours haineux… Et le gâchis que l’on constate à l’occasion (comme c’est le cas pour l’assassinat de l’ambassadeur russe à Ankara ou encore de la tuerie qui s’est déroulée le jour de l’an à Istanbul) n’est pas étranger aux canaux de la connaissance qui sévissent, impunément, dans le Royaume. Un ministère de l’Intérieur averti en vaut deux. C’est sûr. Et que dire pour les millions de nos bambins qui dans leur soif de savoir épongent tout, sans pouvoir séparer le bon grain de l’ivraie ? That’s a question…
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :