Perspective MED
Actualité à la une

L’Istiqlal chez le CNDH pour le Rif : La suite dans les idées…

 Le PI n’entend nullement faire marche arrière dans le processus qu’il entend enclencher pour la réconciliation avec le Rif.

Une initiative politique dont on attend beaucoup. C’est la raison pour laquelle Nizar Baraka accompagné de Chiba Mae El Ainine, président du Conseil national de l’Istiqlal, se sont rendus le 17 juillet au siège du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH). Histoire de recueillir des documents sur les événements de 1958-1959 dans le Rif et solliciter l’expertise de l’instance.

Cette quête de vérité cherche à lever le voile sur la supposée implication de ses militants dans les événements du Rif de 1958 et de 1959. Les responsables istiqlaliens ont ainsi rencontré Driss Yazami et Mohamed Sebbar – respectivement président et secrétaire général du CNDH. « C’était une rencontre positive dans la mesure où l’initiative de l’Istiqlal constitue un pas inédit en termes de justice transitionnelle », a noté M. Sebbar qui assure la pleine disposition du CNDH à «  apporter l’aide nécessaire à travers des historiens ou des experts de la justice transitionnelle. »

Pour rappel, le 10 juillet, à l’issue d’une visite de l’état-major du parti dans la région du Rif, l’Istiqlal avait surpris tout le monde en annonçant la mise en place d’une commission d’enquête pour rétablir la vérité sur l’implication (ou non) de ses militants dans les événements de 1958 et 1959.

N. Baraka avait également affirmé à cette occasion que son parti demeure « prêt à s’excuser auprès des citoyens de cette région s’il est prouvé que certains de ses membres ont été impliqués dans des tragédies ».

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More