L’océan mondial se réchauffe dangereusement 

Ceux qui avaient nourri des doutes quant à la pertinence du rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) sur le réchauffement, sans relâche, de l’océan mondial depuis 1970, ont tout faux. Les données du programme Copernicus étayent la thèse du GIEC en assurant que l’océan connaît une augmentation de température sans précédent.

0
L’océan mondial se réchauffe dangereusement 

Chaque année, le programme Copernicus  (lancé par l’Union européenne pour l’observation et la surveillance de la Terre) publie un rapport sur l’état des océans du monde. Il s’appuie sur des données satellites, des mesures de terrain et des analyses d’experts. Le dernier en date fait état d’une augmentation sans précédent des températures de la mer.

Entre 1993 et 2018, la température globale de la surface de la mer, soit l’une des mesures importantes, avec la teneur en chaleur de l’océan, a augmenté de 0,014 °C par an. Les quatre dernières années apparaissent comme les plus chaudes jamais enregistrées.

Ce que les chercheurs appellent la teneur en chaleur de l’océan fait référence à la chaleur absorbée par l’océan. Connaître la quantité d’énergie thermique stockée dans l’océan est essentiel pour comprendre l’état, la variabilité et les changements du système climatique terrestre. Dans le dernier quart de cette décennie, le gain global de chaleur océanique a augmenté dans les 700 mètres supérieurs de l’océan. De la chaleur a été piégée dans des couches océaniques plus profondes, allant jusqu’à plus de 2.000 mètres.

Il faut signaler que l’augmentation de la teneur en chaleur des océans contribue de 30 à 40 % de l’élévation moyenne mondiale du niveau de la mer, du fait de la dilatation thermique de l’eau de mer. «Plus que jamais, une surveillance complète et systématique des océans est nécessaire», remarquent Karina von Schuckmann et Pierre-Yves Le Traon, chercheurs, dans un communiqué du Taylor and Francis Group (Royaume-Uni). D’autant que le rapport souligne d’autres tensions majeures sur les mers et les océans du monde dues au changement climatique, notamment l’acidification (causée par l’absorption du dioxyde de carbone (CO2) de l’atmosphère), la perte d’oxygène et le retrait de la glace de mer. Des tensions qui mettent en péril aussi bien les écosystèmes marins que les sociétés humaines qui en vivent. D’ores et déjà, des cris d’alarme sont lancés quant à la survie même des mammifères marins, tels les dauphins et les baleines. 

 

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus