L’OIM pousse les Européens à réformer leur politique migratoire

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a encouragé la présidence du Conseil de l’Union européenne (UE) à faire avancer une réforme ambitieuse de la politique migratoire européenne, ce qui permettrait, a-t-elle dit, alors que l’année 2021 commence avec des vaccins anti-Covid-19 prometteurs, d’assurer une résilience à long terme.

0
António Vitorino, directeur général de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM)

L’OIM a ainsi présenté, dans des recommandations à la présidence portugaise du Conseil de l’UE, quatre propositions politiques ciblées qui mettent en avant une mobilité humaine bien gérée et des actions centrées sur la communauté comme étant les principaux facteurs contribuant à la réalisation d’une Europe mondiale, numérique, sûre et résiliente.

« Nos recommandations convergent vers l’idée que l’intégration de la migration et la réimagination de la mobilité dans tous les secteurs – y compris la santé, le climat, le développement et l’agenda numérique – peuvent nous aider à tirer parti de la pandémie et à renforcer notre approche des défis qui se profilent à l’horizon », a déclaré António Vitorino, directeur général de l’OIM. Selon lui, « il est crucial – pour les migrants comme pour les sociétés – que la présidence fasse avancer les négociations pour concrétiser les principes clés du Pacte sur la migration et l’asile proposé par la Commission européenne en septembre dernier ».

Il sera essentiel, affirme l’OIM, de trouver des moyens de faciliter la mobilité des personnes et le commerce transfrontalier de manière coordonnée pour sortir de la récession économique engendrée par la Covid-19, « cela permettra également aux migrants de continuer à contribuer au développement durable à long terme des pays d’origine et des pays d’accueil ».

L’Organisation encourage donc la présidence portugaise à adapter les programmes d’immigration et de gestion des frontières de manière coordonnée, en tenant compte de la santé et en se tournant vers l’avenir.

« L’investissement collectif dans la sécurité sanitaire mondiale et la coordination de celle-ci par-delà les frontières et les secteurs seront essentiels pour garantir qu’aucun pays ne soit déconnecté de la mobilité humaine mondiale à l’avenir », a estimé A. Vitorino.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus