L’ONU perd son Kompass

0 84
L’homme par qui le scandale des abus sexuels sur des mineurs commis par des Casques bleus en Centrafrique a été médiatisé, Anders Kompass en l’occurrence, a démissionné de son poste de directeur des opérations de terrain du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme. C’est pour protester contre l’ « impunité totale » des responsables et l’ « absence de regrets » formulés par sa hiérarchie que A. Kompass a démissionné. Une décision prise il y a plusieurs semaines, mais qui n’a été rendue publique qu’en début de semaine.
Les faits relatés sont atroces ; des enfants de 9 ans soumis à des relations sexuelles en échange de nourriture. Kompass est sanctionné par sa hiérarchie, pour « manquements graves aux procédures ». Il est finalement rétabli dans ses fonctions et sera blanchi fin 2015 par une commission d’enquête mandatée par Ban Ki-moon.
En tout cas, les révélations se multiplient depuis deux ans, signe peut-être que la parole se libère. L’ONU a recensé depuis l’année dernière plus d’une centaine d’abus sexuels qui auraient été commis par ses militaires. La majorité concerne la RCA et la RDC.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus