L’ONU tire l’alarme sur les dangers de la pandémie

Les ravages causés par la pandémie de Covid-19 se sont aggravés, infectant près de 100 millions de personnes, entraînant des pertes de revenus équivalant à plus de 3.000 milliards de dollars et intensifiant les obstacles à la paix et à la sécurité dans le monde, a déclaré, lundi devant le Conseil de sécurité, la cheffe des affaires politiques des Nations Unies, Rosemary DiCarlo.

0
L’ONU tire l’alarme sur les dangers de la pandémie

La pandémie a “entravé l’action diplomatique et compliqué nos efforts de rétablissement de la paix”, a déclaré par vidéoconférence, Mme DiCarlo, Secrétaire générale adjointe aux affaires politiques et à la consolidation de la paix, estimant que la Covid-19 a “amplifié le défi de la prévention” et aggravé la dynamique sous-jacente des conflits armés.

En outre, “de nouvelles souches du virus sont sur le point de déclencher des vagues d’infection plus graves à un moment où les systèmes de santé et les réseaux de sécurité sociale sont déjà au bord du gouffre”, a-t-elle fait valoir lors de la réunion sur la mise en œuvre de l’appel du Secrétaire général des Nations Unies à un cessez-le-feu mondial.

En bouleversant des vies et des économies, en remettant en cause les relations communautaires et en sapant la confiance dans les institutions censées en traiter les retombées, la responsable onusienne a soutenu que “la pandémie a exacerbé les inégalités et la corruption, a engendré la désinformation, la stigmatisation et les discours de haine, et a créé de nouveaux foyers de tension et des risques accrus d’instabilité”.

La situation est particulièrement précaire, a-t-elle noté, pour les femmes, les jeunes et les populations marginalisées, qui sont particulièrement vulnérables à la perte de revenus et à l’escalade de la violence sexiste et domestique.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus