Perspective MED
Actualité à la une

Lourdes menaces sur les récifs coraliens: Alerte générale!

 

La survie des coraux est menacée un peu partout dans le globe. Fragilisés par la pollution, la pêche, l’agriculture ou l’aménagement côtier, ces écosystèmes vitaux des océans se voient soumis à la pression extrême du changement climatique. Dans une étude publiée par Science, l’accélération des graves épisodes de blanchissement des récifs coraliens dans l’ensemble des tropiques est signalée. La fréquence de ces phénomènes spectaculaires – qui peuvent conduire à la mort des coraux – a ainsi été multipliée par dix en moins de quarante ans, passant d’un tous les vingt-cinq – trente ans au début des années 1980 à un tous les trois ans en 2017, rappelle l’étude.

« Avant les années 1980, le blanchissement de masse des coraux était du jamais-vu, mais aujourd’hui, ces épisodes régionaux, accompagnés d’une grande mortalité de ces animaux, sont devenus la nouvelle norme dans le monde à mesure que les températures continuent d’augmenter », prévient Terry Hughes, directeur du centre d’excellence pour les études sur les récifs coralliens de l’université James-Cook, dans le Queensland (Australie).  

Ce grand spécialiste des récifs coraliens avait déjà montré, dans de précédents travaux, que 93% de la Grande barrière de corail australienne avait blanchi en 2016. Cette fois, avec une équipe internationale de chercheurs, il a mené l’étude la plus large et la plus complète réalisée à ce jour sur l’ensemble des mers tropicales de la planète. Ils ont passé au crible cent localisations de récifs coralliens, réparties dans 54 pays, afin d’étudier la répartition d’épisodes de blanchissement, leur récurrence et leur intensité, depuis le début des années 1980.

La décoloration des coraux est provoquée par un stress, principalement dû à la hausse de la température de l’eau. Les récifs peuvent s’en remettre et récupérer leurs algues si l’eau refroidit, mais ils finiront par mourir si le phénomène persiste plusieurs semaines. Tout cela a fait que la Grande Barrière australienne a diminué de moitié entre 2016 et 2017.  

Un tel phénomène, qui s’additionne à l’acidification des océans, a des conséquences majeures pour les écosystèmes. Les coraux, sortes d’oasis des déserts océaniques, ne représentent que 0,2 % de la superficie des mers, mais abritent 30 % de la biodiversité marine connue, à laquelle ils fournissent des sources de nourriture.

Ils rendent par ailleurs de nombreux services écosystémiques aux humains, protégeant les côtes contre l’érosion, alimentant de nombreuses populations (pêche, aquaculture) et générant du tourisme. Une valeur économique chiffrée à entre 24 et 310 milliards d’euros par an.

Or, aujourd’hui, la « fréquence et l’intensité des épisodes de blanchissement des coraux atteint des niveaux insoutenables », préviennent les auteurs. Depuis 1980, ils ont ainsi recensé, dans les cent localisations, 300 épisodes sévères (c’est-à-dire avec plus de 30 % des coraux blanchis sur des dizaines ou des centaines de kilomètres) et 312 épisodes modérés (moins de 30 % affectés). Sur cette période, 31 % des récifs ont enregistré entre quatre et neuf épisodes sévères, et de nombreux autres modérés.

Les chercheurs en concluent que ces phénomènes reviennent aujourd’hui tous les trois ans et surviennent à des échelles régionales et non plus locales, comme avant les années 1980.

Surtout, contrairement aux précédentes décennies, ces blanchissements n’interviennent plus seulement en présence du phénomène El Niño, ce cycle naturel de réchauffement du Pacifique qui, tous les trois à sept ans, tire les températures vers le haut. En raison du changement climatique d’origine anthropique, ils se produisent durant chaque été chaud, y compris pendant le phénomène La Niña, qui refroidit pourtant la température du globe.

Toutes les régions sont touchées, en premier lieu l’Atlantique Ouest (les Caraïbes), suivi par le Pacifique, l’océan Indien et l’Océanie, affectant des récifs considérés jusqu’alors comme des refuges. « Seulement six des cent localisations que nous avons examinées ont échappé à des épisodes de blanchissement sévères, mais elles ont tout de même été touchées de manière légère ou modérée », détaille Nick Graham, coauteur de l’étude et professeur d’écologie marine à l’université de Lancaster. C’est par exemple le cas des îles Cocos ou des atolls des Rowley Shoals en Australie.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More