L’UGTT boycotte le 1er mai: Le bras syndical du PI cassé

0 57
L’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), bras syndical de l’Istiqlal, a décidé de boycotter les festivités de la fête du travail du 1er mai. Cette attitude pour le moins singulière a été justifiée, officiellement à l’aune de « l’échec du dialogue social ». Toutefois, des syndicalistes qui s’activent dans les rangs de la Centrale dirigée prar Mohamed Kafi Cherrat, homme de main propulsé par Hamid Chabat aux premières loges en 2014, imputent une telle attitude à la profonde crise qui affecte l’UGTT. La Centrale serait au bord de l’éclatement à cause des dysfonctionnements internes imputés à la la direction de l’UGTM. Malade, Mohamed Kafi Cherrat n’arrive plus à diriger cette lourde machine dont le moteur est grippé, ce qui incite nombre de syndicalistes à mettre sur la table la question qui fâche : la succession. Ainsi, même le bras syndical de l’Istiqlal semble lui aussi brisé… Pour dépasser ce stade, des appels de plus en plus pressants invitent à la tenue d’un congrès extraordinaire pour le renouvellement de la direction du Syndicat et le rajeunissement de ses instances décisionnelles. Un travail d’assainissement auquel devrait sacrifier le vivier qui a fait émerger H. Chabat comme trublion du PI. Notons que c’est la première fois dans l’histoire de l’UGTM, né en 1960, que cette centrale a décidé de ne pas participer pas aux défilés du 1er mai organisées à travers l’ensemble du territoire.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus