Lutte antiterroriste dans le Sahel : L’union fait la force…

0
C’est à Niamey que le Niger, le Burkina Faso et le Mali ont décidé de mettre sur pied une force multinationale pour lutter contre l’insécurité dans la zone du Liptako-Gourma, à cheval sur leurs trois frontières et qui menace de devenir un sanctuaire pour les groupes terroristes. « Nous avons décidé (…) de la mutualisation de nos moyens de renseignements, de nos capacités (militaires) opérationnelles pour faire face à la situation sécuritaire dans cette zone », a déclaré le président nigérien Mahamadou Issoufou.
Le sommet de l’Autorité du Liptako-Gourma (ALG), institution créée en 1970, a indiqué dans un communiqué que « la région du Liptako, jadis havre de paix, est en passe de devenir un sanctuaire de groupes terroristes et de criminels de tous genres ». Plus, « malgré les efforts déployés par les États membres, en relation avec la communauté internationale (…) la situation sécuritaire demeure volatile et préoccupante », révèle le même texte.
Cette nouvelle entité, elle-même composante de la force conjointe du G5 Sahel décidée en novembre 2015 à N’Djamena, au Tchad, doit être construite à l’image de la Force multinationale mixte créée par le Niger, le Nigeria, le Tchad et le Cameroun pour contrer Boko Haram dans le bassin du Lac Tchad. « La Force multinationale mixte a beaucoup affaibli Boko Haram (…), il n’y a pas de raison qu’on ne s’en inspire pas au niveau des trois frontières qui concernent le Burkina Faso, le Mali et le Niger », a conclu Mahamadou Issoufou, hôte du sommet.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus