Lutte antiterroriste en Turquie: Des rafles en série dans les milieux djihadistes

0
Deux agences de presse turques annoncent l’arrestation de 400 membres présumés du groupe État islamique dans tout le pays, dont une soixantaine dans la capitale, Ankara. Cette série de raids qui interviennent après l’attaque menée contre une boîte de nuit à Istanbul, fin décembre dernier, n’a pas épargné les étrangers. Ainsi, environ 150 suspects ont été arrêtés à Sanliurfa, dans le sud-est du pays, et 47 dans la ville voisine de Gaziantep, proche de la frontière avec la Syrie où des jihadistes sont implantés, selon l’agence Dogan. Une soixante d’autres suspects, des étrangers pour la plupart, ont été interpellés dans quatre quartiers de la capitale Ankara. Des dizaines d’autres personnes ont été arrêtées dans plusieurs provinces, à Bursa, dans l’ouest, et à Bingol à l’est.
À Izmir, neuf personnes faisant des allers-retours en Syrie et soupçonnées de planifier des attaques dans cette ville côtière habituellement calme ont été arrêtées, a indiqué l’agence progouvernementale Anadolu.
Enfin, dix-huit personnes ont été arrêtées à Istanbul et dans la province voisine de Kocaeli. Elles sont également soupçonnées de préparer des attentats.
Il s’agit de la plus vaste opération de la police contre des membres présumés de l’EI depuis l’attaque contre la discothèque et qui avait fait de nombreuses victimes en majorité des touristes venus de pays arabes. La vaste chasse à l’homme, rappelle-t-on, avait conduit à l’arrestation du présumé auteur de l’attentat, Abdulgadir Masharipov, de nationalité ouzbèke.
La Turquie a été secouée en 2016 par une série d’attaques attribuées à l’EI ou aux séparatistes kurdes, qui ont fait des centaines de morts.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus