The news is by your side.

Lutte contre la violence dans les stades

18

L’hécatombe

Encore des morts et une centaine de supporters grièvement blessés lors du matche RCA contre le CRA à l’occasion de ladite BOTOALA PRO. L’hécatombe ou plutôt l’innommable a eu lieu samedi dernier au Complexe Sportif Mohammed V de Casablanca.
Le bureau dirigeant du Raja de Casablanca a beau rendre public un communiqué pour dénoncer cette horreur et la Fédération Royale Marocaine de Football a beau, elle aussi, prendre des mesures disciplinaires contre le RCA, condamné à jouer cinq rencontres à huis cloc…
On croyait que les responsables avaient définitivement pris le taureau par les cornes pour lutter contre la violence et les incivilités dans les arènes sportives. La réunion du 2 février écoulé au ministère de l’Intérieur en présence des ministres de la Justice et de la Jeunesse et des Sports voire des décideurs de la DGSN et de la FRMF a gravité sur la stratégie à mettre en place pour crever l’abcès. Une stratégie qu’on ne va pas mettre en place du jour au lendemain… Mais il a été convenu de prendre les mesures à court terme pour éviter les horreurs qui s’emparent de plus en plus des stades de football. Une stratégie qui n’est pas uniquement basée sur l’application à la lettre de la loi 09-09 mais sur la mise sur pied des moyens essentiels pour humaniser des stades dont la majorité ne disposent pas des conditions de confort pour le public et de la logistique adéquate pour faciliter la tâche à la sécurité. Et c’est sans conteste la responsabilité du ministère de la Jeunesse et des Sports qui est ainsi directement engagée quand on se réfère à ladite loi 30-09, relative à l’Education Physique et aux Sports (Articles 79,80 et 81).
Un ministère dont le service public est défaillant et qui demeure même impuissant pour remédier à la situation catastrophique de la SONARGES, une société qui est depuis trois années au bord du gouffre et sans même de directeur général.
L’heure de la professionnalisation des clubs de football a sonné depuis longtemps. Et cette professionnalisation ne doit pas se cantonner dans cette mutation des clubs en sociétés sportives mais dans un cahier de charges qui doit être une obligation sinon une contrainte et non une complaisance. L’organisation des matches est une chose trop sérieuse pour la laisser aux dirigeants associatifs bénévoles sans qu’elle soit soumise à des procédures et des spécialistes de l’organisation. On doit même légiférer la responsabilité pénale des bureaux dirigeants qui se dédouanent de par leur statut de volontaire.
En attendant entre l’hécatombe footballistique au Maroc et les accidents de route, c’est du pareil au même…
1 commentaire
  1. Abou Sofia dit

    Je ne comprends que les autorités marocaines soient aussi passives a l’image des policiers totalement débordés et qui regardent les supporters s’entretuer sans réagir. La violence dans les stades est un chancre qui ronge les terrains de football, il n.enmpeche que des expériences probantes existent depuis le drame du Heysel en Belgique en 1985. Sommes nous condamnés à être si apathiques et à voir nos enfants revenir morts ou blessés apres une simple rencontre de football ?
    Je pense qu’outre l’irresponsabilité des dirigeants du foot et des instances chargés de la sécurité, l’éducation, parent pauvre dans notre beau pays à son mot à dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :