Perspective MED
Actualité à la une

Lutte contre le radicalisme en France : De nouvelles mosquées fermées par l’Intérieur

La France ne transige plus avec le radicalisme islamiste. Ainsi, pas moins de quatre mosquées dans la région parisienne, soupçonnées de promouvoir l’islamisme radical, ont été fermées mercredi dernier par les autorités, a annoncé le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. Ces fermetures concernent des lieux de culte situés dans les départements des Yvelines, de la Seine-Saint-Denis ainsi que du Val-de-Marne. Cette mesure radicale a été décidée sur « le fondement des dispositions de l’article 8 de la loi sur l’état d’urgence permettant la fermeture des lieux de culte au sein desquels sont tenus des propos constituant une provocation à la haine ou à la violence ou une provocation à la commission d’actes de terrorisme ou faisant l’apologie de tels actes », précise la même source.
Il y a lieu de rappeler que le 12 octobre dernier, B. Cazeneuve avait annoncé qu’une vingtaine de mosquées et de salles de prières présumées radicalisées avaient été fermées depuis la mise en vigueur de l’état d’urgence, instauré après les attentats djihadistes du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, qui ont fait 130 morts.
Dans le Val-de-Marne, la mosquée Al-Islah située à Villiers-sur-Marne, où une école coranique clandestine avait été découverte fin août lors d’une perquisition, était connue des services de renseignement pour avoir été fréquentée, selon eux, par douze personnes condamnées en avril pour leur participation présumée à une filière jihadiste à destination de la Syrie. Dans les Yvelines, c’est la salle de prières d’Ecquevilly qui a été fermée. Il s’agit d’ « un lieu de référence influent de la mouvance salafiste, prônant un islam rigoriste, appelant à la discrimination et à la haine, voire à la violence », selon l’arrêté du préfet des Yvelines. Pour la Seine-Saint-Denis, il s’agit de la mosquée Al Rawda, à Stains, et d’un lieu de culte baptisé Masjid Al Fath, à Clichy-sous-Bois, selon la préfecture. La mosquée de Stains, qui accueillait entre 500 et 600 personnes pour la prière du vendredi, « compte parmi ses anciens fidèles de très nombreux individus djihadistes », est-il notamment écrit dans l’arrêté. Certains sont soupçonnés « d’être les instigateurs d’une tentative d’attentat terroriste sur le territoire français », est-il ajouté. Quant à la mosquée de Clichy-sous-Bois, les autorités considèrent qu’elle « reste fréquentée par de très nombreux individus en lien avec le djihad ».

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More