Ma’areb militairement sous le contrôle de Sanaa 

Les forces yéménites sont désormais à la porte de la ville de Ma’reb, chef-lieu de la province pétrolière du même nom, située au nord du Yémen.  Une vidéo publiée par la télévision yéménite AlMasirah montre des soldats de l’armée yéménite et d’Ansarullah joyeux d’avoir libéré plusieurs pans de cette province et pris le contrôle du barrage stratégique de Ma’reb à l’aide des tribus de la province.

0
Ma’areb militairement sous le contrôle de Sanna 

Le barrage, d’une superficie de 30 km2 et d’une capacité de 400 millions mètres cubes a été libéré alors que la coalition saoudienne, soutenu par les Occidentaux, ont bombardé cette zone à plus de 11 reprises en 48 heures.

Il convient de noter que les soldats de l’armée et d’Ansarullah y combattent non seulement les mercenaires de la coalition mais aussi des centaines d’éléments de Daesh dépêchés pour ralentir la chute de la ville stratégique. Daesh a officiellement annoncé dans un communiqué, publié mercredi 17 février, que ses éléments participent désormais aux batailles de Ma’reb coude-à-coude avec les mercenaires de la coalition saoudienne, prouvant une fois de plus qui sponsorise réellement le terrorisme.

Entre-temps, le ministre yéménite de l’Intérieur, le général Abdul Karim Amir al-Din Al-Houthi, a présidé, jeudi 18 février, une réunion élargie avec les dirigeants du ministère de l’Intérieur pour discuter des derniers développements à Ma’reb. Le général Al-Houthi a ordonné le redoublement des efforts en matière de sécurité dans les zones libérées dans cette province. Il a recommandé aux forces armées de « préserver le rythme des victoires militaires en réalisant des succès en matière de sécurité.  Et de garantir la sécurité des citoyens, la protection de leur vie, la préservation de leurs biens et l’établissement du calme dans les zones libérées ».

Pour le général, « il faut face aux complots de l’agression (coalition saoudienne) et de ses mercenaires qui cherchent à semer le chaos et à menacer la vie des citoyens ».

L’attaque sur la ville de Ma’reb par les forces yéménites « doit cesser », a affirmé jeudi 18 février au Conseil de sécurité de l’ONU, Martin Griffiths. Selon lui, la bataille de libération de cette province « met en danger des millions de civils » et « la recherche d’un gain territorial par la force menace les perspectives du processus de paix ».

Mardi, Tim Lenderking, émissaire des États-Unis pour le Yémen, avait lui aussi exhorté les houthis) à « mettre fin à leur avancée ».

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus