Mali : Paix fragile

0 60

Les principaux groupe rebelles ont boycotté la cérémonie de signature de l’accord de paix organisée à Alger. Ce qui relativise l’effet d’une telle démarche qui intervient alors que la tension sur le terrain est palpable avec pusieurs attaques contre l’armée malienne. Pour rappel la rébellion à dominante touareg avait paraphé, à Alger, l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, mais a réclamé de nouvelles négociations avant de signer un accord définitif pour mettre fin au conflit. Les représentants de la CMA ont relevé les limites de la cérémonie d’Alger. «Le paraphe de ce document et la signature de l’accord définitif sont et demeurent des actes juridiquement distincts», a déclaré Bilal Ag Cherif, responsable de la CMA. La rébellion a réaffirmé qu’elle ne signerait pas l’accord lors de la cérémonie officielle prévue à Bamako, assurant que de nouvelles négociations auraient lieu avant la signature définitive.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus