Manœuvres autour de l’UA et du Sahara: Sortir du flou…

0
Les Marocains restent, à n’en point douter, mobilisés autour de la marocanité du Sahara. Ils savent qu’ils ont l’Histoire pour eux (même si des efforts doivent être encore déployés pour compiler les dossiers des anciennes puissances coloniales impliquées directement dans le dépeçage du pays) et que la géographie ne les trompera pas dans ses prolongements naturels. Ils appuient, sans conteste, l’offensive diplomatique déployée par le Roi dans le Continent africain, y compris dans les contrées où la cause marocaine aussi légitime qu’elle soit a été remisée sous les contrecoups d’une constante quête de leadership régional, voire continental, qui mobilisa tous les moyens d’une Algérie prussienne gonflée à bloc par ses matelas de pétrodollars. L’opinion nationale mesure, sans doute aucun, les enjeux liés à la bataille engagée pour le retour du Royaume dans le giron de l’Union africaine. Ce n’est qu’un juste retour des choses à la normale, le Maroc ne pouvant faire l’impasse de son africanité. Quand bien même des responsables de l’administration appelée à gérer les affaires de l’organisation continentale outrepassent leur rôle pour se placer sur le terrain politique en multipliant les obstacles face à la requête d’un pays précurseur de l’indépendance et de l’unité des pays africains.
Le rappel de tous ces faits, pour importants qu’ils soient, ne doit pas occulter une donnée de base : jamais les adversaires du Royaume, aussi amoindris soient-ils face aux gains politico-diplomatiques engrangés par le pays, ne s’avoueront vaincus. Car, et c’est-là une évidence, ce serait fait de la survie de ce à quoi ils se sont employés des décades durant pour amputer ce qu’ils peuvent de son hinterland saharien. Quitte à embraser la région par une guerre ouverte dont les conséquences pour la stabilité de la région seraient difficilement quantifiables.
Certes, le Maroc a raison de ne pas répondre aux provocations. Un signe de sagesse plus que de faiblesse. Mais il a tout à gagner en procédant à la démystification des campagnes de propagande menées par ses adversaires en vue de semer le doute dans les esprits et d’enfumer davantage une cinquième colonne qui n’agirait pas mieux que les câbles dévoilés par un obscur hacktiviste qui se sent obligé de dévoiler « le jeu diplomatique » déployé par Rabat tout en veillant à frapper du sceau du secret les machinations ourdie par l’appareil diplomatique algérien et ses relais. Dès lors, il faut réagir en démontant le meccano que les mauvais génies ont su monter avec pour seuls objectifs de déstabiliser l’opinion publique nationale, de parasiter le processus politico-diplomatique déployé par le pays et de favoriser la démobilisation populaire.
L’Etat doit faire preuve d’une grande réactivité pour conjurer les mauvais sorts, endiguer les ardeurs de ses adversaires qui crient d’ores et déjà victoire en assimilant l’adoption des statuts constitutifs de l’UA à une reconnaissance de facto de l’ambition indépendantiste et annihiler les prétentions des uns et des autres qui s’inscrivent en faux vis-à-vis des droits légitimes du Maroc à parachever son indépendance. Communiquer, dans ce cadre là, n’est pas un luxe. C’est plutôt une nécessité impérieuse, l’affaire du Sahara étant l’exclusive de toutes les composantes du pays, comme l’avait rappelé le Roi him self !

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus