Les manœuvres US n’en finissent pas à l’ONU

0 72

Washigton fait pression sur Rabat

Fin de suspens, à New York ! C’est dans la division que le Conseil de sécurité a adopté vendredi 29 avril, la résolution présentée par les États-Unis d’Amérique sur le prolongement jusqu’à fin avril 2017 de la mission de l’ONU au Sahara. Le mandat de la Minurso a fait l’objet d’une vive querelle entre Rabat et Ban Ki-moon, SG de l’ONU. Mais pas seulement, à la lumière du rapport élaboré sur le dossier saharien et auquel le Maroc s’est particulièrement opposé depuis la publication de ses premières copies.
Ainsi, dix États membres ont voté pour, deux contre (le Vénézuela et l’Uruguay) et trois se sont abstenus (l’Angola, la Russie et la Nouvelle Zélande).
Le Conseil de sécurité qui « déplore que la capacité de la Minurso de s’acquitter pleinement de son mandat ait été limitée » après l’expulsion en mars de 75 membres de sa composante civile, « souligne qu’il est urgent que la Minurso puisse de nouveau exercer pleinement ses fonctions », selon le texte de la résolution.
Dès lors, la résolution a donné un délai de 90 jours à Ban Ki-moon, pour mener des négociations avec la partie marocaine dans l’objectif que la Minurso puisse exercer pleinement ses fonctions. L’offensive US dans ce dossier qui s’apparente à un ultimatum adressé au SG de l’ONU vise à pousser le Maroc à revenir à la table des négociations avec une position moins tranchée que celle qui a prévalu jusqu’à maintenant. Car il y a lieu de rappeler que Rabat avait jugé « irrévocable » l’expulsion du personnel civil de la Minurso dont le mandat est tombé en désuétude depuis que l’organisation du référendum d’autodétermination dans les povinces sahariennes s’est révélée « impossible ». Ce qui a amené le Maroc à proposer le projet d’autonomie large jugé « crédible » et « réaliste » par la communauté internationale. Mais il faut croire que l’offre marocaine, rejetée par l’Algérie qui accueille sur son sol les séparatistes du Polisario, l’est aussi par le SG de l’ONU qui a multiplié les provocations à l’endroit du Maroc lors de son récent séjour à Tindouf et à Bir Lahlou. Ban Ki-moon allant même jusqu’à parler de « l’occupation » du Sahara par le Maroc…

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus