Marché des fertilisants, L’OCP nourrit l’Afrique

Locomotive du développement agricole au Maroc, le Groupe OCP apporte un soutien important au PMV. Ses initiatives au niveau local trouvent écho dans le continent africain via sa filiale récemment créée OCP Africa. Afin de répondre à une demande de plus en plus importante émanant des pays africains, le Groupe, qui vient d’inaugurer l’usine Africa Fertilizer Complex, prévoit l’ouverture d’une quinzaine de filiales en Afrique dans les mois à venir.
 
Anticipant l’augmentation des besoins de la production agricole mondiale qui va de pair avec la croissance de la population mondiale – plus de 53% entre 2000 et 2050 –, le Groupe OCP a mis en exécution un ambitieux programme industriel qui s’étale sur la période 2008/2025 (189 milliards de dirhams d’investissements), qui prévoit, entre autres, d’augmenter sa capacité pour répondre à la demande. Afin de concrétiser cette ambition, le groupe œuvre pour doubler ses capacités minières et tripler ses capacités de transformation. Ces actions entrent dans le cadre d’une stratégie intégrée, industrielle et commerciale, qui favorise l’utilisation raisonnée des engrais et une démarche agricole durable que ce soit au niveau local, continental ou international. Cette stratégie repose notamment sur l’offre d’une large gamme d’engrais adaptés pour enrichir les sols, augmenter les rendements agricoles et nourrir le monde de manière économique et durable. Dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie globale, l’établissement qui travaille en partenariat avec plus de 160 clients sur les 5 continents a mis le focus, dans un premier temps, sur le marché africain. Outre les objectifs commerciaux légitimes, le leader mondial des phosphates ambitionne de répondre à la problématique de la sous-consommation d’engrais à travers le continent. Une réponse qui devra faire d’une pierre plusieurs coups. Ecouler la production de l’usine dédiée, aider les pays africains à lutter contre l’érosion et la désertification et faire face aux problèmes liés au réchauffement climatique. A travers Africa Fertilizer Complex, inaugurée en février à Jorf Lasfar, le groupe est d’ores et déjà devenu le premier fournisseur de fertilisants du continent.
Adaptation africaine
Ayant constitué un véritable soutien de l’agriculture nationale à travers l’accompagnement du Plan Maroc vert (PMV), le Groupe a accordé une attention particulière à l’accompagnement et au développement des petits agriculteurs. Un accompagnement qui s’est concrétisé à travers plusieurs actions d’envergure, telles que la Carte de la fertilité des sols (système interactif sur internet qui fournit des recommandations de fertilisation appropriées pour les cultures étendues sur 6,78 millions d’hectares) et la caravane OCP. Cette dernière offre une plate-forme pédagogique mobile au service de plus de 55 100 agriculteurs. L’ensemble de ces actions ainsi que leurs fruits perçus par tout le monde à travers le miroir du SIAM a trouvé un écho retentissant en Afrique. Les pays africains, à qui une attention particulière a été accordée à travers les différentes éditions du Salon, ont manifesté beaucoup d’intérêt pour profiter de l’expérience marocaine et surtout celle de l’OCP dans ce domaine, et ils ont intérêt à le faire. En fait, le continent souffre de plusieurs maux auxquels les fertilisants marocains peuvent répondre. Il y a lieu de rappeler que la consommation d’engrais minéraux sur ce contient demeure des plus faible dans le monde. Selon l’Association pour une révolution verte en Afrique (Agra), elle s’élève actuellement à 9-10 kilogrammes par hectare contre plus de 125 au Brésil et plus de 150 en Asie. Avec ce faible niveau de consommation, « préserver la qualité des sols » et/ou « assurer la sécurité alimentaire » deviennent des gageures impossibles à relever. Selon la même source, les sols africains sous fertilisés obligeant la plupart des pays, en particulier ceux de l’Afrique de l’Ouest, à importer plus de 80% de leurs besoins alimentaires. C’est dans ce cadre qu’est intervenue la création récente de la filiale OCP Africa.
Prenant en considération le potentiel agricole en Afrique, les terres arables les plus grandes au monde s’y trouvent, l’OCP œuvre d’ores et déjà pour accompagner la révolution verte africaine.
C’est dans ce sillage qu’OCP Africa a été créée. Afin de réussir son implémentation, elle s’est fixée comme impératif l’adaptation du modèle du groupe aux spécificités de chaque pays en Afrique avec quatre chantiers prioritaires.
Le premier a trait à l’amélioration de la fertilité et de la productivité des sols africains, via une offre de produits adaptés. Pour ce faire, OCP Africa investit massivement dans la recherche et l’innovation et renforce ses compétences agronomiques au service d’une agriculture durable et de précision.
Un second axe de l’engagement du Groupe OCP en Afrique consiste à soutenir la production d’engrais compétitifs à proximité des grands bassins agricoles.
OCP Africa poursuit, par ailleurs, un programme de développement industriel en Afrique subsaharienne avec des projets de construction similaires proches des marchés de consommation. Ces initiatives, essentielles pour le développement de l’agriculture, agissent comme des moteurs de croissance: elles créent de la valeur et des emplois au niveau local pendant les phases de construction et d’exploitation.
La garantie de l’acheminement des intrants jusqu’aux agriculteurs et le développement d’écosystèmes agricoles durables forment les troisième et quatrième points de l’action du Groupe en Afrique. En mettant en place, en interne et avec des partenaires locaux, des solutions de stockage et de blending dans les ports et à proximité des régions de consommation, OCP Africa va renforcer les capacités logistiques existantes et contribuer au développement de nouveaux réseaux de distribution de proximité, au service de l’ensemble de la filière agricole. Enfin, la mutation agricole de l’Afrique nécessitant d’être au plus près des agriculteurs, OCP Africa conclura prochainement des partenariats locaux et internationaux afin d’apporter au consommateur final, l’agriculteur en l’occurrence, une offre complète de produits et services permettant l’accroissement des rendements et l’augmentation de ses revenus.
Le Maroc se permet donc, à travers OCP, de jouer le rôle de locomotive de l’agriculture africaine. D’autant plus que le Royaume y va avec une logique à la fois d’investissement mais aussi de partenariat.
 
 

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus