The news is by your side.

Maroc-Russie : Le bon commerce loué par la CGEM

9
Jamais les relations économiques entre le Maroc et la Russie n’ont été aussi fortes. Le meilleur indicateur a été annoncé, jeudi dernier, à l’ouverture des travaux du Forum d’affaires Maroc-Russie à Agadir, par Miriem Bensaleh Chaqroun, présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Le volume des échanges entre les deux pays devrait atteindre cette année 3 milliards de dollars. La présidente du syndicat patronal a précisé que «les exportations marocaines ont été multipliées par 12 en 15 ans sur le seul axe agricole» et qu’une progression palpable vers l’échange de produits à plus forte valeur ajoutée est constatée.
«Si nous avons réussi de telles progressions, nous pouvons aisément imaginer l’évolution des échanges dans divers secteurs comme l’industrie, les BTP, l’énergie et les mines, la pêche, l’agroalimentaire et le tourisme», a indiqué la Patronne des patrons, tout en soulignant que «c’est dans l’investissement et le co-investissement industriel que nous allons consacrer ce nouveau modèle de partenariat stratégique entre le Maroc et la Russie».
Le Maroc offre une compétitivité industrielle et logistique et une ouverture économique sur un marché d’un milliard de consommateurs avec ses 55 accords de libre-échange, a fait remarquer la présidente de la CGEM soulignant que le Royaume a l’ambition d’être une plateforme industrielle, un hub au carrefour de 3 continents. Quant à la Russie, sa singularité, c’est aussi celle d’une nation de tradition industrielle qui a su ériger son économie en précurseur dans plusieurs domaines, notamment la métallurgie, l’aéronautique, le domaine spatial, l’énergie et les mines, a-t-elle dit.
Le véritable défi consiste donc à transformer les flux commerciaux en dynamique industrielle et d’investissement, où les grandes entreprises ainsi que les PME trouveraient matière à un développement partagé, a souhaité la chef de file du Patronat marocain.
Pour sa part, Mohamed Boussaid, ministre de l’Economie et des Finances, a indiqué que bien que le Maroc soit le premier partenaire économique de la Russie en Afrique, le volume des échanges entre les deux pays demeure en deçà des aspirations. Le Maroc occupe une position géostratégique particulière et peut, de ce fait, offrir une terre d’accueil à la production russe, a fait savoir le ministre, ajoutant que le Maroc dispose du cadre macro-économique le plus stable de la région.
Intervenant de son côté, Viktor Evtoukhov, secrétaire d’Etat et vice-ministre russe de l’Industrie et du Commerce, a souligné que le Maroc et la Russie ont cumulé en 6 mois un capital politique substantiel qu’il faut exploiter pour développer les relations économiques. Les deux pays ambitionnent de porter le volume annuel de leurs échanges commerciaux à 10 milliards de dollars, a indiqué M. Evtoukhov, faisant savoir que le développement de l’activité touristique entre le Maroc et la Russie augure du développement du commerce, notamment pour les PME. Et d’ajouter que plusieurs projets vont être examinés lors de ce Forum et que le comportement des investisseurs russes vis-à-vis des opportunités qu’offre le Maroc change qualitativement.
Il y a lieu de rappeler que le Maroc et la Russie avaient signé plusieurs accords et mémorandums d’entente touchant différents domaines lors de la visite du Roi Mohammed VI à Moscou en mars dernier.
Le programme de ce 3ème Forum d’Affaires Maroc-Russie placé sous le signe «Des opportunités économiques pour un partenariat stratégique», prévoit deux séances plénières et cinq ateliers sectoriels portant sur les opportunités économiques et l’état des lieux des relations économiques et les perspectives de développement des investissements.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :