The news is by your side.

Migration environnementale : Le plaidoyer des académiciens

12
Des chercheurs venus du Maroc, de Tunisie et d’Amérique du Sud se sont donnés rendez vous lors d’un side-event co-organisé par le Conseil national des droits de l’homme du Maroc et par l’Organisation internationale pour les migrations, en partenariat avec le Réseau sud-américain sur les migrations et l’espace (RESAMA) et l’Université Gaston Berger. Objectif, examiner la relation complexe entre changement climatique et migration. Tous ont affirmé que les recherches académiques issues de leurs travaux devraient avoir un impact sur les politiques publiques en la matière comme confirmé par Mamadou Ndongo Dime de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis au Sénégal : « Le but de la recherche sur le changement climatique et les migrations est d’influencer les politiques afin de parvenir à des résultats concrets ». Les participants ont ainsi qualifié la question de la migration d’extrême vulnérabilité imputable aux conséquences du changement climatique en Afrique et ont insisté sur la nécessité de financer la recherche interdisciplinaire sur ce phénomène. Durant l’événement, le chef de mission de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), Ana Fonseca, a affirmé que le continent africain subit sans commune mesure les effets du changement climatique, appelant à plus de soutien pour les études des conséquences des facteurs environnementaux sur la migration au sein du continent. De son côté, Abdelkarim Daoud, professeur de géographie à l’Université de Sfax en Tunisie a insisté sur la nécessité d’une meilleure compréhension des conséquences du changement climatique sur la migration en Afrique, à travers une recherche coordonnée à l’échelle internationale.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :