The news is by your side.

Militarisation de l’espace : Après Moscou, Pékin critique Washington

0 195

Dissous en 2002 sous George Bush et recréé le 29 août 2019 sous Donald Trump, l’United States Space Command (USSPACECOM) s’apprête à célébrer son deuxième anniversaire dans quelques jours. À cette occasion, son chef, le général James Dickinson, a annoncé le 24 août que les forces de combat qu’il dirigeait avaient atteint leur capacité opérationnelle initiale, ce qui signifie qu’elles disposent désormais de suffisamment de personnes et de ressources pour protéger les satellites américains, dissuader toute agression et fournir des services spatiaux à l’armée américaine.
Une déclaration qui a fait réagir Pékin qui s’est dit«profondément préoccupé» par les tentatives de Washington de militariser l’espace.«À l’heure actuelle, la situation sécuritaire dans l’espace devient de plus en plus complexe et grave, les États-Unis sont devenus le facteur le plus important affectant la sécurité spatiale […]. Les États-Unis ont exacerbé les risques de militarisation de l’espace et de transformation de celui-ci en zone de combat, menaçant gravement la paix et la tranquillité de l’espace», a déclaré Wang Wenbin, porte-parole de la diplomatie chinoise, lors d’un point de presse.
D’après lui, alors que la Chine défend l’utilisation pacifique de l’espace et, avec d’autres pays comme la Russie, encourage activement la communauté internationale à négocier des outils juridiques sur le contrôle des armements dans ce domaine, les États-Unis, au contraire, résistent«depuis longtemps au processus de négociation sur le contrôle des armes spatiales et détournent l’attention de la communauté internationale en présentant la Chine comme une menace dans l’espace».
«La Chine espère que les États-Unis assumeront sérieusement leur responsabilité en tant que grand pays et feront davantage pour préserver la paix et la sécurité dans l’espace», a conclu le diplomate.
En avril 2020, le général James Dickinson avait affirmé au Sénat américain que la Chine avait 400 satellites en orbite et était prêt à en déployer environ 1.000 de plus d’ici 2030. Il avait en outre déclaré que la Chine disposait de services spatiaux«robustes et performants», dont des systèmes de renseignement, de surveillance et de reconnaissance basés dans l’espace, et modernisait également ses lanceurs spatiaux et ses systèmes de navigation par satellite.
Mi-juin, Vladimir Poutine avait déclaré à la chaîne américaine NBC que la Russie s’opposait à la militarisation de l’espace, lequel devrait«être exempt de tout type d’armes».«Oui, en effet, nous n’excluons pas que notre coopération avec de nombreux pays du monde dans l’espace soit possible. Mais tout le monde est bien conscient de notre position selon laquelle nous sommes catégoriquement contre la militarisation de l’espace en général», avait-il alors souligné.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.