The news is by your side.

Le ton monte entre le Caire et Riyad : Tiran et Sanafir restent égyptiennes

28
La cession de deux îles égyptiennes à l’Arabie saoudite en avril 2016, lors d’une visite au Caire du roi Salmane, n’a plus lieu d’être. Mardi 8 novembre 2016, le tribunal administratif d’Égypte a refusé la suspension d’un verdict annulant cette vente que réclamait le gouvernement. En juin 2016, le Conseil d’Etat égyptien avait en effet dénoncé cet accord de démarcation des frontières maritimes au motif que les deux îlots « ne peuvent être cédés ». Le gouvernement égyptien peut encore faire appel de cette décision auprès de la Haute cour administrative jusqu’au 5 décembre 2016.
Situées dans la mer Rouge, les îles de Tiran et Sanafir ne sont habitées que par des militaires égyptiens, des forces multinationales et des observateurs. L’annonce de leur vente avait provoqué des manifestations monstres criant au complot contre la souveraineté de l’Egypte. Le président Abdel Fattah al-Sissi a même été interpellé à cette occasion. Ce qui a donné lieu à des arrestations.
Ce développement a de quoi tendre davantage le climat entre le Caire et Riyad. Surtout depuis que la société saoudienne Aramco, pourtant liée par un contrat avec l’Etat égyptien qui court sur 5 ans, a décidé de suspendre ses livraisons de pétrole. Ce qui représente « une ligne rouge » que l’Egypte ne permettrait à quiconque de transgresser. Le torchon qui brûle en sourdine entre les deux pays prendra-t-il de l’ampleur ?
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :