The news is by your side.

MOODY’S  maintient la note du Royaume et  revoit à la baisse les prévisions de croissance du PIB à 2% en 2020 et 2,8% en 2021

0 37

Après Fitch, c’est au tour de Moody’s de publier sa perception des perspectives de l’économie marocaine. Bien qu’elles soient revues à la baisse, les pronostics de croissance n’ont néanmoins pas impacté la note du profil de crédit du Maroc (Ba1 stable) qui reflète sa résilience démontrée aux chocs internes et externes et une transition économique vers des secteurs d’exportation à plus forte valeur ajoutée, relève Moody’s Investors Service dans son rapport. Pour la  vice-présidente et senior analyste de Moody’s, Elisa Parisi-Capone, « le gouvernement marocain a accès à des marchés financiers nationaux relativement profonds, ce qui le protège de la volatilité des marchés financiers internationaux ».

Toutefois, ajoute-t-elle, « un PIB par habitant relativement faible, une croissance tendancielle modérée exposée à la volatilité agricole et une dette relativement élevée mais abordable sont les principales contraintes pesant sur la note du Maroc ». 

Sur un autre registre, selon l’agence,  la pandémie de coronavirus aura inévitablement un impact négatif sur le Maroc en raison de la baisse du tourisme et des exportations vers l’Europe. Un impact qui serait partiellement compensée par la baisse des prix des importations d’énergie. 

Par ailleurs, l’amélioration de la notation pourrait avoir lieu si l’endettement public emprunte une trajectoire baissière, au même titre que la poursuite des réformes de l’environnement fiscal et commercial (qui améliorent les perspectives de croissance du secteur non agricole).  Les facteurs de risque qui peuvent provoquer un downgrade de la note sont, entre autres, une détérioration budgétaire ou celles des comptes extérieurs du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.