The news is by your side.

Moscou lance un pavé dans la mare de l’OMS : Monkeypox, arme biologique ?

0 409

« Selon le rapport de l’OMS, l’épidémie de la souche ouest-africaine de monkeypox a commencé à partir du Nigeria, un autre pays dans lequel les États-Unis ont déployé leur infrastructure biologique. Selon les informations disponibles, il y a au moins 4 laboratoires biologiques contrôlés par Washington au Nigeria » a souligné le responsable russe lors d’un point de presse.  Ajoutant qu’il s’agit-là d’une « étrange coïncidence qui nécessite une vérification par des spécialistes ».

I. Kirillov a ajouté que « selon les médias européens et américains, dans les documents de la Conférence de Munich sur la sécurité 2021, c’est-à-dire dans le contexte de la pandémie Covid-19, un scénario a été élaboré pour faire face à une épidémie causée par une nouvelle souche du virus de la variole du singe. »

A noter que le ministère russe de la Défense avait annoncé disposer d’informations sur 10 projets américains en cours en Ukraine pour répandre des maladies, assurant qu’il y a un lien certain entre des laboratoires biologiques ukrainiens et le Pentagone pour le contrôle mondial de la propagation des maladies infectieuses.

Selon I.Kirillov, le site le plus important de ce réseau (des projets américains) est l’Institut de recherche Walter Reed qui appartient aux forces terrestres de l’armée américaine dans le Maryland. Le réseau avait été formé par le Pentagone depuis 1997. « Il comprend des laboratoires pour les forces terrestres et navales, en plus de bases militaires dispersées dans plusieurs régions du monde », a poursuivi l’expert russe selon qui « les rapports envoyés par l’Ukraine aux Nations Unies qu’il n’y a pas de programme bio-militaire dans le pays contredisent les récentes déclarations du représentant américain auprès de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe ».

Le jeudi 26 mai, Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, a accusé les États-Unis d’avoir « établi des laboratoires biologiques militaires dans le monde entier », par l’intermédiaire d’une section du Pentagone. Il a souligné que le Pentagone accorde « une attention particulière au développement du réseau de laboratoires biologiques militaires pour l’espace post-soviétique et l’Eurasie dans son ensemble ». Et de poursuivre : « J’ai regardé les données disponibles sur l’endroit où ces laboratoires ont été installés : ils se trouvent, tout d’abord, le long du périmètre de la Fédération de Russie, et il y en a qui se trouvent à côté de la République populaire de Chine. A la lumière des expériences qui sont menées dans ces laboratoires, nous avons soupçonné dès le début qu’ils n’étaient pas complètement pacifiques et qu’ils n’étaient pas innocents. »

S. Lavrov a rapporté ce qui a été retrouvé dans la ville de Marioupol, qui vient d’être conquise entièrement par les forces russes et leurs alliés du Donbass, en assurant que « dans les laboratoires que les Américains ont quittés à la hâte, ils ont tenté de détruire les documents et les échantillons, mais n’ont pas pu les détruire tous, certains échantillons d’agents pathogènes y étaient conservés, et les documents disponibles montraient clairement l’orientation militaire des expérimentations qui y sont menées ».

Selon S. Lavrov, « il s’avère qu’il existe plus de 10 laboratoires de ce type en Ukraine. Ce n’est un secret pour personne que de tels laboratoires existent en Arménie, au Kazakhstan et dans les pays d’Asie centrale. Nous sommes en train d’étudier ces problèmes avec ces pays, sur une base bilatérale, et par l’intermédiaire de l’OTSC », a-t-il précisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.