Les mosquées utilisées dans les campagnes électorales : Lorsque le minaret s’effondre…

Investis de toutes leurs forces dans la campagne, des partis politiques considèrent que tous les moyens sont bons pour remporter la victoire le 7 octobre y compris de tirer parti des mosquées. Ces lieux de culte, qui ne sont pas des salles de spectacles et doivent plutôt être épargnés de toute instrumentalisation politique, se retrouvent au centre de la bataille électorale. « L’imam également cheikh de Ghafsai a amorcé un feuilleton de fatwas politiques. Un jeu à l’égyptienne qui n’augure rien de rassurant.
Avec la réforme du champ religieux qui fait du Maroc un exemple à suivre à l’échelle régionale, voire à l’échelle planétaire, on a cru que tout le monde avait pris conscience de l’impératif de préserver les mosquées et les lieux de culte de toute instrumentalisation politique, religieuse ou confessionnelle. Mais à l’arrivée des élections des imams ont été, de nouveau, appelés à rejoindre la partie. Connu pour son instrumentalisation des mosquées dans le jeu politique, le Mouvement unicité et réforme (MUR), bras idéologique du PJD, semble ne pas avoir abandonné son objectif de faire main basse sur les mosquées. Sensés garder la neutralité, les imams continuent de s’immiscer discrètement dans les affaires politiques. A titre d’exemple, la Caïd de la cinquième circonscription à Rabat a procédé dimanche à la fermeture d’un siège se trouvant dans l’enceinte de la mosquée « Al Omara » que les frères du PJD avaient pris pour un local de campagne. La Caïd a considéré que l’usage de ce local était contraire aux lois qui interdisent l’usage des lieux de culte dans la campagne d’un parti politique et, a convoqué le « tête de liste » du PJD dans cette circonscription pour l’en aviser. En plus de signifier aux Pjdistes l’interdiction d’utiliser ce lieu de culte pour faire propagande, elle a également convoqué le délégué du ministère des Habous et des Affaires islamiques pour l’informer de ce dangereux précédent. Mais si les services de l’Intérieur ont fait preuve de vigilance dans ce cas-là, il faut dire qu’ils ont en manqué quant des imams invitent les fidèles, lors des prières du vendredi et autres, à voter contre le PJD. A Ghafsay (près de Taounat), contrairement à ce qu’on pourrait croire, un imam dans la commune Rotba (connue pour la culture du Kif) s’est adonné lors de son prêche à une critique acerbe du PJD. Cet imam également « cheikh », au sens administratif du terme, et qui dépend du Caïd de la région et par conséquent du ministère de l’Intérieur, a passé outre les directives du ministère d’Ahmed Taoufiq et dévié du prêche officiel qui prônait l’amour de la patrie. Cette offensive, peu être motivée par des raisons personnelles, a très vite été récupérée par les sympathisants du PJD qui ont accusé cet agent d’autorité d’obéir aux ordres reçus de ses chefs du ministère de l’Intérieur. Un précédent qui ouvert le bal. L’ancien détenu dans la foulée du 16 mai, Hassan El Kettani, a émis une fatwa selon laquelle « celui qui va voter pour le Tracteur, qui s’engage à combattre les préceptes de l’islam, ne croit pas en le Jour du jugement dernier ». Le prédicateur gracié considère donc mécréant tout marocain soutenant le PAM ! Si celui-ci s’est adressé à l’ensemble des Marocains, un autre salafiste cette fois proche de Hammad Kabbaj, qui s’appelle Jalal Aouita s’est adressé uniquement aux Salafistes. Faisant allusion à ses frères pro-Maghraoui qui soutiennent désormais le PAM, il a estimé que le vote en faveur de ce dernier est contraire à la ligne de conduite de l’imam des salafistes Ibn Taymiya. Une explication du recours inattendu de Benkirane à une célèbre citation d’Ibn Taymiya qui laisse entendre que « rien ni personne ne lui fait peur, il ne craint pas la mort et est prêt au martyr » lors de l’ouverture de la rencontre annuelle de la jeunesse du PJD à Agadir.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus