The news is by your side.

Normalisation israélo-jordanienne : Lorsque Abou Dhabi joue les intermédiaires…

0 113

Proposé par une entreprise émiratie, l’accord jordano-israélien stipule que cette dernière produise de l’énergie solaire dans le sud de la Jordanie, contre de l’eau potable dessalée produite en Israël. L’annonce du projet a été faite par Mohammad al-Najjar, ministre jordanien de l’Eau et de l’Irrigation, lequel a insisté qu’il a été proposé par Abu Dhabi. « L’idée du projet commun avec Israël, pour lequel une déclaration d’intention a été signée, est venue à la demande d’une entreprise émiratie », a-t-il dit.
Selon Israel Hayom, la partie jordanienne du projet devrait être édifiée non loin de la frontière avec la Palestine occupée, et celle l’eau dessalée à proximité de Naharia au nord. Pour les Jordaniens, l’affaire est entendue. « L’accord place la future sécurité de l’eau de la Jordanie à la merci de l’occupation » israélienne a-t-elle averti. Dans son communiqué elle déplore la politique pacifiste du royaume pendant qu’Israël poursuit sa politique d’usurpation des droits palestiniens. « En signant l’accord, la Jordanie est devenue un partenaire direct dans la violation du droit international et des crimes de guerre commis par l’occupation », a condamné la campagne.
La campagne a appelé tous les partis et syndicats à « boycotter les décideurs et tous les citoyens à participer à la marche condamnant l’accord, qui débutera vendredi prochain ». Des centaines d’étudiants universitaires ont manifesté mardi réclamant l’annulation aussi bien de l’accord en cours que l’accord de paix de Wadi Araba.
Une autre manœuvre est en cours en Jordanie, celle d’attirer des étudiants jordaniens vers la normalisation avec l’entité sioniste. Et ce sont également les EAU qui la conduisent. La semaine passée, l’Université émiratie Mohammed bin Zayed pour l’intelligence artificielle a proposé des bourses d’études supérieures pour une université israélienne. L’idée a été présentée lors d’un symposium organisé à l’Université du roi Abdallah II pour la Technologie des Informations à Amman. Elle n’est pas passée inaperçue. Etudiants et membres du corps professoral se sont retirés de la rencontre et organisé une veillée de dénonciation et de colère. Ayant constaté que d’autres canaux ont été ouverts avec d’autres universités jordaniennes, ils ont mis la pression sur celles-ci. L’Université allemande a refusé une demande de conférence présentée de l’université émiratie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.