The news is by your side.

Nouveau rapport de Freedom House : Pas tout à fait nette la situation du Net dans le Royaume

0 245

L’étude de l’ONG traque les améliorations et les déclins des conditions de liberté sur Internet chaque année dans 70 pays. Le rapport se base sur les «violences des droits d’utilisateurs», les «limitations de contenus» ainsi que les «obstacles à l’accès» aux informations recensées dans ces pays.
Le Maroc recule de deux rangs, se plaçant à la 36e place mondiale en termes de liberté sur le net, avec un total de 53 points sur 100, soit un point de plus que l’année dernière. Le rapport évoque, pour les types de contrôles Internet au Maroc, «les commentateurs pro-gouvernementaux manipulant les discussions en ligne», «des blogueurs ou utilisateurs arrêté, emprisonné ou en détention prolongée pour contenu politique ou social» ou des «attaques techniques contre des critiques du gouvernement ou des organisations de défense des droits humains».
Le royaume récolte aussi 16 points sur 40 pour ce qui est des violences des droits d’utilisateurs. «La Constitution marocaine contient des dispositions destinées à protéger la liberté d’expression, mais ces principes ne sont pas défendus par la justice. De plus, les contradictions entre le code de la presse et le code pénal laissent des failles ouvertes que les autorités ont exploitées pour arrêter et emprisonner des militants et des journalistes», relève le rapportr tout en rappelant que «les utilisateurs marocains peuvent être sanctionnés pour leurs activités en ligne en vertu du code pénal, de la loi antiterroriste et du code de la presse». Les cas du YouTuber Chafik Omerani alias «3robi F Merican» et sept utilisateurs de médias sociaux condamnés pour des infractions liées à la liberté d’expression, ont été mis en avant.
Mais c’est sur l’affaire Pegasus que le rapport a insisté en évoquant des «outils de surveillance sophistiqués déployés au Maroc», ayant ciblé notamment, toujours selon Freedom House, le journaliste Omar Radi, l’historien et militant Maati Monjib et l’avocat des droits humains Abdessadak El Bouchattaoui.
Pour ce qui des obstacles à l’accès à l’information, le Maroc obtient un score de 15 points sur 25, en raison du fait que «plus de personnes ont accès à Internet au Maroc, selon certaines sources de mesure, bien que des obstacles subsistent dans certaines régions du pays.», ajoute le rapport. Le changement de score s’explique aussi par l’augmentation des vitesses de téléchargement et le fait que «le gouvernement ait entrepris plusieurs programmes au fil des ans pour améliorer le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) du pays».
Le rapport ajoute que «l’utilisation d’Internet reste relativement abordable, malgré le fait que la couverture du réseau soit très inégale entre les zones urbaines et rurales». «Les autorités n’ont imposé aucune restriction à la connectivité au cours de l’année écoulée. Cependant, la centralisation de la dorsale Internet du Maroc facilite le contrôle potentiel des contenus et la surveillance», rappelle le rapport.
Le Maroc engrange aussi 22 points sur 35 pour les limitations de contenus. Dans ce sens, le rapport rappelle que «le gouvernement n’a bloqué ni filtré aucun site Web politique, social ou religieux pendant la période de couverture (du 1er juin 2020 au 31 mai 2021)». Toutefois, le rapport souligne que «le gouvernement maintient le contrôle sur le paysage de l’information à travers une série de lois restrictives qui peuvent exiger la fermeture des points de vente et la suppression du contenu en ligne». Tout en évoquant «moyens extralégaux plus ponctuels pour supprimer les contenus jugés controversés ou indésirables», son rapport pointe le fait que «bon nombre des principales sources d’information en ligne sont à la fois directement et indirectement liées à des personnalités puissantes liées ou au sein de l’Etat marocain».
Freedom House considère que «la liberté sur le net au Maroc est restée fragile pendant la période de couverture». «Alors que l’accès à Internet continue d’augmenter dans l’ensemble, le gouvernement maintient des systèmes de surveillance sophistiqués qui, dans certains cas, ont été utilisés pour restreindre la parole en ligne», précise-t-on.
Comparé à ses voisins africains, le Maroc arrive à la 9e place, derrière l’Afrique du Sud (14e mondial), le Kenya (20e), le Ghana (24e), la Tunisie (25e), l’Angola (26e), le Malawi (30e), le Nigeria (31e) et la Zambie (32e). Il est aussi 2ème dans la région MENA, derrière la Tunisie et devant le Liban (38e), la Libye (43e), la Jordanie (45e) et l’Iraq (48e).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.